Couverture du journal du 25/09/2020 Consulter le journal

Innovation : Le Palace, nouvel écrin de luxe pour les start-up

Situé en plein centre-ville de Nantes, le « Palace » s’est doté d’un cadre à la hauteur de ses - grandes- ambitions : « devenir la plateforme d’innovation numérique » de Nantes. Favoriser les frottements entre start-up et cellules d’innovation des grands groupes, notamment dans l’agroalimentaire, est l’un des développements prioritaires des fondateurs dU Startup Palace.

Les anciens bureaux du CIC Ouest ont nécessité 10M d'euros de rénovation. © OheStudio_WilliamJEZEQUEL

L’accueil est 5 étoiles. Colonnes d’inspiration Buren, hall gigantesque au cœur duquel se restaurent quelques startupeurs, salle de conférence de 400 mètres carrés modulable, salle de sport… Le « Palace » a ouvert ses portes début janvier rue Voltaire, à deux pas de la place Graslin à Nantes. Après un an de travaux et 10 M€ de rénovation, climatisation, décoration de cet espace majestueux. Sur 3 200 mètres carrés, il va héberger à terme environ 400 « résidents », startupeurs, membres d’équipes de cellules d’innovation d’entreprises, ou des écoles du numérique, telles que Digital campus, déjà installée dans les lieux. En investissant les anciens locaux du CIC Ouest, ex-siège du Crédit nantais, qui appartiennent à la Foncière Magellan, « nous réunissons deux sociétés », précise Mathieu Le Gac, l’un des dirigeants et cofondateur.  L’une est « l’historique », Startup Palace, fondée en 2015, lieu d’accueil et d’accélérateurs de start-up sur le territoire pour le compte de tiers, soit territoires (technopoles, CCI…), soit entreprises. Le déve­loppement de cette dernière activité va s’amplifier avec un rapprochement avec le secteur de l’agroalimentaire, avec des parte­nariats en cours de formalisation. « Les enjeux pour ces groupes tournent autour des nouveaux emballages, des nouveaux aliments, des nouvelles formes de distribution. Un appel à projets sera bientôt diffusé au niveau européen pour sélectionner les start-up que nous identifierons pour travailler avec les cellules d’innovation de grands groupes du secteur. 4 à 5 seront dans un premier temps sélectionnées. » 

Des investisseurs locaux 

La seconde société, Le Palace, a pour vocation d’animer ce lieu et l’ambition de devenir « la » plateforme d’innovation de Nantes pour les projets numériques, « avec un focus
business qui nous différencie d’autres acteurs comme
La Cantine, plus associatif dans l’esprit. » Le Palace a ainsi
fait une levée de fonds auprès des entrepreneurs, nantais pour l’essentiel, qui ont « une appétence pour l’inno­-
vation ». On retrouve parmi ceux-ci Anaïs Vivion, présidente de la French Tech Nantes ou Jean-Philippe Fleury, ex-patron de Matériel.net… une trentaine de dirigeants ont déjà investi pour mettre en commun leurs réseaux et aider les start-up présentes. Si le résultat de la levée de fonds n’est pas communiqué, l’objectif est d’atteindre un chiffre d’affaires de 1,5 M€ d’ici à la fin de l’année, estime Mathieu Le Gac, qui se félicite d’avoir un taux d’occupation de « plus de 70% des espaces. »