Couverture du journal du 26/11/2021 Consulter le journal

Fab Labs : Un nouveau modèle collaboratif d’entreprise ?

Démocratiser en entreprise le concept de Fab Lab, créateur d’innovation via une idéation collective et la conception de prototypes : à Saint-Nazaire, l’association Blue Lab entend participer à ce défi dicté par les fortes évolutions technologiques et sociétales, en s’entourant d’experts métiers, tout en développant sa propre structure.

Blue Lab, entreprise

© Blue Lab

Fab Lab ? Quezaco ? S’il est répandu dans le monde de l’industrie, le terme reste encore peu évocateur dans certains secteurs, du tertiaire notamment. À l’occasion du Printemps de l’innovation 2021, l’association Blue Lab, basée au cœur de Saint-Nazaire, et se définissant comme le « carrefour de l’innovation et de la créativité » pour apprendre, fabriquer et prototyper des objets de tout genre, a organisé le 19 octobre une journée découverte. Objectif annoncé : mieux faire connaître ce concept établi depuis une dizaine d’années en France et amener étudiants, professionnels ou particuliers à s’approprier cet univers collaboratif autour de l’expérimentation sur table.

L’INNOVATION AU CŒUR DES ENTREPRISES

Concrètement, un Fab Lab rassemble une communauté de personnes autour de diverses machines à portée industrielle (imprimante 3D, découpe laser, etc.) afin d’échanger librement, regrouper leur matière grise, et pourquoi pas, co-concevoir un prototype, quelle que soit son utilité. Damien Henry, directeur du Blue Lab, met en avant cette notion de « mutualisation intergénérationnelle des connaissances et des compétences » et entend participer à une ambition commune au secteur des technologies d’implanter l’innovation au cœur même de l’entreprise. C’est là que l’exercice s’avère plus périlleux ou, du moins, le chemin plus long. Car selon Pascal Casari, l’un des intervenants à la table-ronde donnée en soirée, enseignant-chercheur à l’IUT de Saint-Nazaire, « autour de 1 % des entreprises disposerait à ce jour d’un Fab Lab en interne ». Comment, en effet, convaincre un dirigeant de sauter le pas, quand on sait que le retour sur investissement de ce type d’action sera proche de zéro ? « Il faut faire sortir les salariés du PowerPoint addict », avance Hoelig Le Clainche, co-fondateur de Fab lab en kit. Créer du lien, remotiver les équipes par des initiatives originales, développer le partage de compétences figurent donc parmi les réponses à la question. « On peut voir des idées qu’on n’imaginait pas sur le papier devenir compréhensibles pour un dirigeant en étant matérialisées par un prototype », complète le créateur de Fab Labs et makerspaces2 clé en main. Avec, en revanche, une forte exigence de départ : former et accompagner l’entreprise dans la prise en main de son nouveau makerspace. Reste à définir quelle fonction support serait la plus à même d’accompagner cette transition d’entreprise : l’ingénierie, l’innovation, les RH ? Un Fab Lab est un « véritable incubateur de talents et un lieu de formation », assure Pascal Casari, qui plaide pour une plus large intégration de mises en pratique dans les programmes de formations supérieures, répondant selon lui à une demande réelle des entreprises. Il s’agirait donc d’une approche novatrice proche de sujets plutôt RH, au cœur des attentes collaborateurs.