Couverture du journal du 16/02/2024 Le magazine de la semaine

« Embarquer population et industriels dans la sobriété »

Dans un Théâtre Simone-Veil complet de bas en haut, le maire de Saint-Nazaire et président de la Carene, David Samzun, a tenu sa traditionnelle cérémonie des vœux le 10 janvier en insistant sur sa volonté d'énergie décarbonée dans toutes les décisions.

Saint-Nazaire

© Parc éolien en mer de Saint-Nazaire - Production CAPA Corporate

Après un œil dans le rétroviseur sur 2023, le maire de Saint-Nazaire a notamment évoqué la « force du projet urbain » et le besoin incompressible de logements sur le territoire, ainsi que sa volonté de « développer les transports en commun » pour répondre aux besoins de la population.

Le président de la Carene a aussi rappelé combien Saint-Nazaire, « ville industrielle, était attachée au développement économique », tout en soulignant les enjeux liés à la transition climatique, et salué « les donneurs d’ordre [de notre territoire] qui construisent la transition climatique tout en finançant le contrat social ». « Il nous faut embarquer la population comme les industriels dans la sobriété » a ainsi martelé David Samzun. Le bassin nazairien affiche, entre autres, de gros enjeux sur le sujet des énergies maritimes renouvelables. Le port accueillera notamment à partir de l’été la construction du parc éolien en mer Yeu-Noirmoutier, constitué de 62 éoliennes. « La transition nécessaire, ce n’est ni la décroissance, ni un bouton sur pause », a pointé David Samzun qui sollicite aussi de la part des industriels du territoire une « exigence de transparence sur la qualité de l’air et de l’eau » et qui se refuse par ailleurs à toute extension urbaine ou commerciale vers l’ouest, sur les trois à quatre kilomètres le séparant de Pornichet. En attendant, place aux travaux en hypercentre, pour lesquels le premier édile a demandé à la population « patience et compréhension » et annoncé la couleur : « 2024 sera l’année des tranchées. »