Couverture du journal du 26/11/2021 Consulter le journal

Élections CCI Nantes St-Nazaire : « Entrepreneurs en action » dévoile son programme

La liste d’union CPME-Medef-U2P ayant pour tête de liste Yann Trichard, l’actuel président de la CCI Nantes St-Nazaire, a dévoilé le 11 octobre son programme pour la prochaine mandature. Les élections se dérouleront du 27 octobre au 9 novembre.

Elections CCI

© IJ

C’est l’aboutissement d’un travail mené collectivement par une centaine d’entrepreneurs du territoire qui a été présenté le 11 octobre à la presse. Le programme élaboré par la liste « Entrepreneurs en action », qui compte 60 colistiers dont 25 femmes, a choisi de balayer les missions propres à la chambre consulaire à travers quatre grands items : l’accompagnement des différentes transitions (environnementales, sociétales, numériques), la croissance des entreprises, le développement de « l’esprit d’entreprendre » et de l’emploi et, enfin, la sécurité.

UNE COOPÉRATION RENFORCÉE

Sur la manière d’agir, la liste menée par Yann Trichard entend d’abord ne pas réinventer l’existant et donc s’appuyer sur des acteurs reconnus pour leur expertise. À savoir, pour l’accompagnement vers la transition environnementale, les Dirigeants responsables de l’Ouest (DRO), l’Ademe et Planet RSE ou ADN Ouest et La Cantine pour la transition qui touchent au numérique. Autre projet : la rationalisation des actions menées par les différents établissements consulaires via une coopération renforcée. La liste « Entrepreneurs en action » annonce ainsi avoir identifié une quinzaine de projets pouvant être menés de concert avec la Chambre de Métiers et la chambre d’Agriculture de Loire-Atlantique sur les thématiques de l’emploi, de la formation, de la RSE et du numérique, au profit des TPE et autoentrepreneurs. Yann Trichard citant en exemple l’agrégation des centres d’appels. Dans le même esprit, l’actuel président de la CCI rappelle son souhait de créer d’ici cinq ans une « Maison des entreprises », qui permettrait, sur un même lieu, de réunir l’ensemble des acteurs de l’écosystème entrepreneurial.

Pour mener à bien ce programme, la liste « Entrepreneurs en action » dit vouloir s’appuyer sur les ressources dont dispose déjà la CCI, dans un contexte « de baisse de la dotation qui sera suivie d’autres », reconnaît Yann Trichard. « On a énormément rationalisé nos locaux et gagné 1 500 m2 de surface utile louée. Notre objectif est de transformer les actifs de la CCI en moyen de paiement des salaires », poursuit-il. Et d’évoquer, à titre d’exemple, les anciens locaux de l’École de design, transférée sur l’Île de Nantes à la rentrée prochaine, dont les 4 000 m2 seront loués.

Côté ressources humaines, la CCI compte actuellement 150 salariés environ. « L’idée est de maintenir les effectifs par la rationalisation », ajoute Yann Trichard, qui souhaite également poursuivre l’effort de formation afin de permettre aux collaborateurs de la CCI de répondre efficacement aux enjeux actuels et futurs des entreprises.

 


Zoom sur sept propositions du programme

  • Créer une société d’agro-reforestation nourricière à capital ouvert permettant à chaque entreprise du territoire de souscrire au capital et de participer à la compensation des émissions de gaz à effet de serre sur le territoire.
  • « Donner une voix à la Loire ». Anne Brochard, dirigeante de l’Étincelle RH et colistière, explique ce concept quelque peu surprenant de prime abord : « On aimerait faire évoluer la gouvernance de la CCI en intégrant cette actrice fondamentale du territoire ». « Dans chacune de nos séances, quelqu’un sera le porte-parole de la Loire pour intégrer son intérêt stratégique dans nos choix », précise Yann Trichard.
  • Créer une plateforme d’appels d’offres privés réservés aux entreprises régionales. « Ce serait un acte volontaire de la part de l’entreprise qui lance un appel d’offre », précise Yann Trichard.
  • « Objectif : zéro chef d’entreprise seul dans son coin », annonce Yann Trichard qui souhaite pousser chaque entrepreneur à intégrer une association économique locale, un syndicat professionnel, un club d’entreprises… pour rompre avec le phénomène d’isolement propre aux chefs d’entreprise.
  • Créer des écoles « territoriales », formations courtes professionnalisantes pour faciliter les reconversions, l’insertion et la mutation rapide des compétences afin de répondre aux besoins précis du tissu local.
  • Animer la création d’un fonds d’investissement par les industriels du territoire et participer à la création d’un fonds à impact pour accompagner les projets à impact social et environnemental afin de favoriser l’émergence de nouvelles filières industrielles (comme l’hydrogène), et de solutions écoresponsables.
  • Sur la thématique de la sécurité, la liste menée par Yann Trichard souhaite mettre en place une hybridation des zones d’activités pour favoriser « la sécurité passive ». Concrètement, un tel projet nécessiterait de modifier les PLU (plans locaux d’urbanisme) afin de permettre la création de logements dans les zones en tension, assurant dès lors une vie et une présence 7 jours sur 7 dans ces zones et non plus seulement du lundi au vendredi.