Couverture du journal du 17/09/2021 Consulter le journal

Délais de paiement : une région exemplaire

Les premières Assises régionales des délais de paiement dédiées aux Pays de la Loire, qui se sont déroulées à la CCI Nantes St-Nazaire le 8 juillet, ont permis de faire un état des lieux des comportements de paiement des entreprises et des dispositifs d’accompagnement. Moments choisis.

délais paiement

© istock

« Nous pouvons nous réjouir que les entreprises des Pays de la Loire s’emploient à maîtriser les délais de paiement » constate, en préambule des Assises des délais de paiement, Charles Battista, président de la Figec (Fédération de l’information d’entreprise, de la gestion de créances et de l’enquête civile), coorganisateur de l’événement avec l’AFDCC (Association française des credit managers). Ainsi, à fin mai, le délai moyen de retard de paiement ligérien était de 11,7 jours quand la moyenne nationale s’établissait à 12,8 jours.

Pour Altares, la région montre même un comportement exemplaire. En effet, depuis le début de la crise, les entreprises n’ont en moyenne pas dégradé leurs retards de paiement contrairement à ce que le spécialiste de l’information sur les entreprises relève au niveau national, en particulier en milieu d’année dernière.

Le pire est-il pour autant derrière nous ? Si les retards se sont apaisés, leur fréquence, elle, augmente, alerte Altares, expliquant ce phénomène par une reprise économique inégale, « avec des entreprises qui commencent à boire la tasse » tandis que d’autres affichent un fort rebond.

Le retour du « Name & Shame »

Interrogé à son tour, Pierre Pelouzet, Médiateur des entreprises, ne dit pas autre chose. Pour lui, nous sommes dans un moment critique: « Les entreprises sont fragilisées et même si on vit une reprise très forte, il peut y avoir des accidents sur la route. » Il constate d’ailleurs pour sa part une remontée des délais de paiement au niveau national depuis le début de l’année, même si celle ci est dû, cette fois, au contexte de reprise. « Ça veut dire plus de factures mécaniquement et donc des trésoreries qui se tendent à nouveau ». « Si on ne fait rien, ce sont les entreprises les plus fragiles qui vont trinquer », reprend-il.

pays de la loire vs france

Source : Altares

Et le Médiateur des entreprises d’évoquer deux outils. D’abord, un comité de crise: «avec tous les acteurs de la filière, on va faire remonter les comportements anormaux. Et on espère que ça va les remettre dans la bonne ligne de la solidarité. Sinon, on ira jusqu’au « name & shame » (« nommer et couvrir de honte », NDLR) si nécessaire», prévient-il. Ce comité de crise, d’ores et déjà en place, se réunit désormais tous les quinze jours.

En parallèle, Pierre Pelouzet indique mettre sur pied une médiation de filière. « Avec l’ensemble du monde du BTP, on va travailler sur quelques règles de bon sens qui seront mises en œuvre progressivement à partir de la rentrée pour éviter là aussi des catastrophes en série qui seraient dommageables pour toute la filière. »

Des zooms sectoriels

Choisissant de zoomer sur des secteurs clés de l’économie régionale, les Assises régionales des délais de paiement ont dressé un panorama de la situation dans l’industrie. Avec 230000 salariés, les Pays de la Loire sont en effet la troisième région industrielle de France.

Altares s’est ainsi dit surprise de la bonne tenue des délais de paiement dans ce secteur, en particulier dans l’agroalimentaire, du fait de la combinaison de deux facteurs : l’inflation des matières premières et une reprise économique qui crée des tensions de trésorerie qui, « souvent, se répercutent sur les retards de paiement fournisseurs ».

Le spécialiste de l’information sur les entreprises explique ce phénomène à la fois par l’effet PGE « qui a donné un bol d’air frais aux entreprises » et par le fait que ces tensions ont redonné du pouvoir aux fournisseurs, « les entreprises ne pouvant se permettre de payer en retard des fournisseurs stratégiques ».

Autre zoom réalisé lors de ces Assises, celui sur le segment de l’industrie automobile et autres matériels de transport. Le fournisseur de données d’entreprises Creditsafe observe ainsi une tendance positive: la tranche de 1 à 30 jours de retards de paiement est revenue en juin à une proportion très importante là où, auparavant, un glissement sur la tranche 30 à 60 jours s’était opéré.

Enfin, du côté de la métallurgie, deuxième activité industrielle de la région, la société d’informations financières et commerciales Ellisphere observe une forte dépendance du secteur à l’environnement international et donc à l’évolution des cours des principaux métaux, qui enregistrent des hausses significatives (+100% pour l’acier, +53% pour l’aluminium, par exemple). Sur ce segment, si Ellisphere n’enregistre pas de problématiques particulières du côté des donneurs d’ordre, la donne n’est pas la même chez les sous-traitants. Malgré tout, là encore, la région fait figure de bonne élève en se montrant plutôt vertueuse en matière de délais de paiement.

industries

Source: Altares

Le témoignage du groupe Armor

Marie-Josée Creuzet Armor

Marie-Josée Creuzet © D. R.

Directrice des achats chez Armor (21 sites dans le monde, 2000 salariés, 275 M€ de CA), Marie-Josée Creuzet a témoigné de la démarche entreprise par le groupe pour lutter contre les retards de paiement. L’ETI, bientôt centenaire, s’est lancée en 2015 dans le Label Achats Responsables*. Pour une raison simple : « On a besoin de nos fournisseurs pour continuer à grandir ». Aujourd’hui, l’industriel fait état de 55 jours de délais de paiement en moyenne.

Fonctionnant au départ sous SAP, « un outil puissant pour produire et vendre, mais pour récupérer de la data, c’est un cauchemar », la directrice achats explique qu’il a fallu embarquer à la fois la finance et l’informatique pour développer un outil de reporting mensuel, sous Excel. « Ça nous a permis de comprendre où étaient nos problèmes car on n’avait pas la volonté de mal payer mais on naviguait jusque là à l’aveugle. On a pu alors développer d’autres outils pour essayer de résoudre ces causes. Désormais, à 20 jours, on reçoit un mail pour nous alerter quand une facture fournisseur n’est pas réglée. Cela nécessite beaucoup de travail au départ, mais maintenant on a de moins en moins d’alertes », conclut-elle.

* Le Label relations fournisseurs et achats responsables distingue les entreprises ayant fait la preuve de relations durables et équilibrées avec leurs fournisseurs.