Couverture du journal du 18/06/2024 Le nouveau magazine

Cité des imaginaires – grand musée Jules Verne : le choix de la transparence

Le projet de l'agence néerlandaise Neutelings Riedijk Architects, en collaboration avec les Nantais d’ARS Architectes, a été sélectionné parmi trois finalistes pour réaliser la Cité des imaginaires - grand musée Jules Verne, situé dans l’immeuble CAP 44 - Grands Moulins de Loire. Johanna Rolland, maire et présidente de Nantes Métropole, a dévoilé les premières esquisses du projet. Les maîtres mots : transparence et accessibilité.

La Cité des imaginaires vue depuis le Jardin extraordinaire. Photo Neutelings Riedijk Architects

Sur le quai de la Loire, le long du Jardin extraordinaire, dans le quartier de Chantenay en pleine requalification, l’immeuble CAP 44, avec sa façade d’aluminium bleu ajoutée dans les années 1970, est désormais promis à un bel avenir. Longtemps menacé de démolition, ce témoin de l’industrie nantaise de la fin du XIXe siècle, quasi prototype du procédé Hennebique de construction en béton armé en 1895, sera « restitué » et projeté dans le XXIe siècle grâce au projet « Le voyage des imaginaires » porté par l’équipe lauréate.

À en croire les architectes, « ce voyage entre ciel et mer, avec un grand atrium-jardin couvert dévoilant la structure en béton, avec un toit-terrasse panoramique, et abritant le musée Jules Verne au troisième étage », repose sur une proposition architecturale qui, à en juger par les premières images de synthèse, privilégie la transparence tout en conservant l’intégrité de la structure existante, contrairement à ce qui avait été envisagé auparavant. Ce projet de 50 millions d’euros, dont l’achèvement est prévu pour 2028, s’étendra sur 5 100 m². Le rez-de-chaussée accueillera un café et le jardin-atrium ouvert mettant en valeur la structure Hennebique grâce à l’effacement partiel des planchers. Le financement du projet sera assuré par Nantes Métropole à hauteur de 38 millions d’euros, complété par 12 millions d’euros de subventions.

Une grande terrasse panoramique sur le toit

Un grand escalier avec vue sur le Jardin extraordinaire, sur la Loire et sur la ville, donnera un accès libre à la terrasse panoramique située sur le toit. Le musée Jules Verne s’installera au troisième étage. « Pour  nous il s’agit d’une restitution, restituer Jules Verne au monde depuis sa ville de naissance », indique Aymeric Seasseau, adjoint au maire de Nantes en charge de la Culture, rappelant la phrase du célébrissime écrivain : « il est une circonstance que je suis né à Nantes. Mon enfance s’est tout entière écoulée dans le mouvement maritime d’une grande ville de commerce, point de départ et d’arrivée de nombreux voyages au long cours. »

« Pensée comme un centre culturel de rencontres, la Cité des Imaginaires sera un lieu populaire qui offrira les meilleures conditions pour que le public se sente inspiré et encouragé à explorer et à apprendre. Elle sera la confluence des musées d’histoire et de société, de littérature et de pop-culture, de création partagée et de tiers-lieu », résume le dossier présenté par Nantes Métropole.

Atrium

Atrium et jardin couvert en rez-de-chaussée mettant en valeur la structure béton. Photo Neutelings Riedijk Architects

Fiabilisation de la structure béton

Les analyses techniques ont révélé qu’après des années d’abandon, le bâtiment avait été profondément transformé et altéré. La structure en béton ancienne présente des signes de corrosion des aciers et de carbonatation du béton, un processus naturel de vieillissement. « Le travail mené entre Nantes Métropole Aménagement (NMA) et les équipes d’architectes a permis d’affiner et de fiabiliser les solutions techniques proposées pour réussir à remettre en valeur au maximum la structure Hennebique », précise-t-on à NMA. C’est pourquoi, le projet présenté par l’équipe Neutelings Riedijk Architects, ARS Architectes, l’Atelier Franck Boutté (Grand Prix national de l’urbanisme 2022), Artelia, Scenevolution et Acoustibel a été retenu.

Il est à noter que l’agence Neutelings Riedijk Architects, basée à Rotterdam (Pays-Bas), a déjà conduit la restructuration du musée et centre de biodiversité Naturalis à Leyde, la reconversion de la gare maritime de Bruxelles et du centre culturel et d’exposition Eemhuis à Amersfoort. Pour le projet nantais, elle collabore avec l’agence nantaise ARS Architectes, connue pour la transformation à Couëron de de l’ancienne halle de l’usine Trégimétaux en médiathèque. Les études structures et fluides sont assurées par Artelia, un bureau d’envergure internationale avec un bureau à Nantes, tandis qu’Acoustibel se chargera des études acoustiques. Artelia a également participé à des opérations de rénovation importantes, comme la restructuration des bâtiments en béton armé patrimoniaux d’Auguste Perret au Havre.


Lire aussi

Jules Verne, l’avenir du CAP 44


Concernant l’énergie, le projet prévoit une production sur place pour répondre à différents besoins. La géothermie sera utilisée pour le chauffage et la climatisation, tandis qu’une installation photovoltaïque contribuera à la production d’électricité. Une place significative sera accordée au végétal, à la fois dans le jardin couvert et sur les toits.

Enfin, un appel à candidatures sélectionnera le scénographe du musée Jules Verne. L’agence choisie collaborera avec Mycélium Muséographie, qui se charge des études de programmation pour le compte de Nantes Métropole.

Cité des Imaginaires

La Cité des Imaginaires vue depuis le haut de l’ancienne carrière. Photo Neutelings Riedijk Architects

Calendrier

Printemps 2024-2025 : poursuite du travail de conception architecturale menée par l’équipe retenue en lien avec NMA.

Septembre 2024 : choix du scénographe du grand musée Jules Verne.

Printemps – automne 2024 : travaux préalables de désamiantage et curage intérieur dans le cadre d’une démarche de réemploi des matériaux.

Printemps 2025 : dépôt du permis de construire.

Printemps 2026 – automne 2028 : Travaux de transformation.