Couverture du journal du 22/10/2021 Consulter le journal

Cité des Congrès de Nantes : un plan de mutation ambitieux

Après dix-huit mois de pertes économiques, la Cité des congrès de Nantes lance un plan ambitieux fait d’actions innovantes et d’investissements importants : Horizons 2024. En ligne de mire, un projet de fusion avec le Parc des expositions de la Beaujoire.

la Cité des congrès Nantes

Un jardin et un verger vont être créés aux abords de la Cité des congrès © La Cité-Nantes

La Cité des congrès de Nantes a souffert de la crise sanitaire, alors que 2019 avait connu un record en termes de fréquentation et d’évaluation financière. L’établissement a perdu 70 % de CA sur les 12 M€ avant crise (85 salariés). Cap aujourd’hui sur une nouvelle ère avec un plan de relance Horizons 2024 présenté à la presse le 28 septembre. L’idée : « Se montrer dynamiques et offensifs, et non en retrait, autour d’actions tournées vers l’ouverture de la Cité des congrès et des investissements importants en dépit des difficultés financières », explique Franckie Trichet, président de l’établissement.

FUSION AVEC LE PARC EXPO

Le plan est composé de cinq axes et trente actions dont l’un des points majeurs est le projet de rapprochement entre la Cité des congrès et le Parc des expositions de la Beaujoire, avec l’objectif assumé de réaliser des économies. « Un travail très régulier est en cours avec la CCI, principal actionnaire du Parc expo (Nantes métropole étant l’actionnaire principal de la Cité des congrès, NDLR) », indique Frankie Trichet. Reste à trouver la structure dans une temporalité délicate : la délégation de service public de la Cité des congrès se termine en 2027, quand celle du Parc expo prend fin en 2032. « Il y a de nombreux enjeux à travailler, notamment humains, poursuit le président de la Cité des congrès. Mais il est certain qu’une structure unique va émerger.» Une seule direction est prévue. Le projet doit aboutir avant 2027, voire avant la fin du mandat métropolitain en 2025.

UN HÔTEL D’ENTREPRISES INNOVANTES

Le futur Café de la cité, sur le flanc ouest du bâtiment © DR

Dans un souci d’ouverture de la Cité des congrès, priorité du plan, un hôtel d’entreprises innovantes du secteur de l’événementiel et de la culture verra le jour l’année prochaine. 200 m2 leur seront consacrées au 2e étage de l’établissement, l’idée étant de leur permettre de tester in situ leurs innovations. Un comité d’agrément, composé notamment de Réseau entreprendre, La Cantine numérique et Nantes Saint-Nazaire développement, sera chargé de sélectionner les projets.

Afin de retrouver ses sources de financements privés (deux tiers avant crise, un tiers aujourd’hui), le plan insiste sur la mobilisation des réseaux, de ses ambassadeurs et grands partenaires économiques. Notamment ses « têtes de réseaux » c’est-à-dire les pôles de compétitivité et les entreprises. « 30 % du CA provient de ces relations», pointe Franckie Trichet. Le travail partenarial avec les chercheurs va être renforcé afin d’attirer des congrès mondiaux.

UNE SOIRÉE HELLFEST

La diversification des événements passera aussi par la création de nouveaux rendez-vous ainsi qu’un fonds de soutien aux événements sociétaux. Selon le président de la Cité des congrès, « certains organisateurs estiment à tort que le site est «trop classieux pour eux». La Cité va devenir une étape du Voyage à Nantes avec une exposition temporaire prévue chaque été. Et elle accueillera le 7 mai 2022 une des dates du Hellfest Warm Up Tour, avec un concert dans la grande halle.

Histoire de renforcer encore l’attractivité du site, il est prévu d’investir sur l’incontournable : tourisme durable, achats en circuits courts, végétalisation de l’intérieur et des abords de l’établissement, politique zéro déchet et zéro gaspillage.

Mais aussi en matière numérique : ouverture d’un studio télé (déjà opérationnel), WIFI en accès libre et équipements « à la hauteur des standards internationaux ».

Enfin, la structure elle-même va faire l’objet d’un relooking et de nouveaux services : création d’un café coworking, sur le boulevard, côté ouest du bâtiment et rénovation de fond en comble des espaces événementiels notamment la salle du conseil métropolitain.

RETOUR À L’ÉQUILIBRE ESPÉRÉ POUR 2025

Le plan prévoit une dépense de 2 M€ d’actions et 2,7 M€ d’investissements d’ici à 2024, avec « un retour sur investissement espéré d’1,5 M€ après trois ans d’actions, à partir d’aujourd’hui», indique Denis Caille, le directeur de la Cité des congrès. Car la situation financière n’est pas bonne. La Cité a contracté deux PGE de 4,5 M€ durant la crise sanitaire, l’un n’a pas été utilisé et va être remboursé l’année prochaine ; l’étalement du second est en cours de discussions. « Le modèle économique doit être optimisé afin de réabsorber la perte de ressources et retomber sur nos pattes, à la situation d’avant Covid, en 2025 », explique encore Denis Caille. Pour 2021, le directeur table sur une perte de 50 % de CA « dans le pire des scénarios. Si on termine à -30 à -40 %, on sera contents». Parmi les prochains investissements à venir : la rénovation de l’auditorium 2000 et de la grande halle, mais pas avant quatre à cinq ans.

L’extension toujours dans les tuyaux

Il a un temps été question d’agrandir la Cité des congrès. Un budget de 45M€ avait été voté en 2019 par la métropole. L’alliance avec les écologistes aux municipales de 2020 a mis fin au projet dans l’immédiat. Mais il ressort dans ce plan Horizon 2024. « Nous conservons une certaine prudence liée à l’évolution de la pandémie, commente Franckie Trichet. Il faut laisser le marché mondial des congrès se stabiliser. Le projet est en observation avec de nouvelles études prévues d’ici à 2024. Mais il est certain que l’extension ne se fera pas au cours de ce mandat. »