Couverture du journal du 20/05/2022 Consulter le journal

12 nouvelles destinations au départ de Nantes Atlantique

Si le trafic aérien à Nantes Atlantique reste en deçà de son niveau d’avant-crise, l’offre de vols au départ de l’aéroport nantais se renforce, avec 12 nouvelles destinations proposées dès avril, soit 88 au total.

Aéroport Nantes

© D. R.

Alors que le besoin d’évasion des habitants se fait de plus en plus sentir depuis la levée progressive des restrictions de déplacements internationaux, l’aéroport Nantes Atlantique vient de dévoiler son programme de vols disponibles à la réservation pour la saison printemps-été. Premier point souligné par Cyril Girot, le directeur de l’aéroport, l’offre s’enrichit :

« Alors que nous nous réjouissons d’avoir accueilli Corsair à Nantes Atlantique en décembre dernier avec l’ouverture d’un vol direct pour Fort-de-France (lire l’encadré), l’offre sera renforcée de 12 nouvelles destinations dès avril : Brindisi en Italie, Budapest en Hongrie, Dakar au Sénégal, Francfort en Allemagne, Izmir en Turquie, Oujda au Maroc, Mykonos et Zakynthos en Grèce, Podgorica au Monténégro, Reykjavik-Keflavik en Islande, Southampton en Angleterre et Zurich en Suisse. »

Grâce à ces nouvelles lignes, Nantes Atlantique desservira 88 destinations en vol direct (74 en 2021, soit + 16 %) réparties dans 25 pays différents. Ces destinations seront desservies par 21 compagnies aériennes régulières, dont six nouvelles : Air Montenegro, Corsair, Eastern Airways, Sky Express, Sun Express et Swiss. De quoi offrir un plus large choix de destinations de vacances aux habitants du secteur, conforter le dynamisme et l’attractivité du territoire ligérien tout en facilitant le développement des entreprises. Autre bonne nouvelle pour les globe-trotter : pour les vols long courrier, les passagers au départ de Nantes Atlantique peuvent désormais bénéficier des nombreuses connexions internationales. En effet, les grandes alliances, à l’image de Star Alliance, Skyteam ou Oneworld, proposent de nouveaux services comme la possibilité de panacher les vols. Les passagers peuvent par exemple se rendre en Asie ou en Amérique du Nord au départ de Nantes, via Zurich (Swiss) à l’aller et Francfort (Lufthansa) au retour, ou l’inverse, les compagnies Swiss et Lufthansa appartenant toutes deux à Star Alliance.

Le PDG de Corsair, Pascal de Izaguirre (à droite), était le 2 mars à Nantes en compagnie du directeur de l’aéroport Nantes Atlantique, Cyril Girot, pour annoncer la pérennisation de la ligne Nantes - Fort-de-France lancée en décembre dernier.

Le PDG de Corsair, Pascal de Izaguirre (à droite), était le 2 mars à Nantes en compagnie du directeur de l’aéroport Nantes Atlantique, Cyril Girot, pour annoncer la pérennisation de la ligne Nantes – Fort-de-France lancée en décembre dernier. © I.J

UN TRAFIC AÉRIEN LOIN DE SON NIVEAU D’AVANT-CRISE

Côté trafic, après une année 2020 particulièrement difficile pour Nantes Atlantique, 2021 a été un peu meilleure en termes de fréquentation avec près de 3,3 millions de passagers, soit 45 % du trafic 2019, année record à plus de 7 millions de passagers. Dans le contexte sanitaire particulier de 2021, les passagers au départ de Nantes ont majoritairement voyagé en France (57 % du trafic) et en Europe (36 %), en fonction des levées de restrictions de déplacements. La Corse a attiré 18 % du trafic domestique annuel. En dehors de la France, l’Espagne arrive en tête avec 39 % du marché européen. « Entre 2020 et 2021, le trafic de passagers a progressé d’1 million de passagers, mais nous restons largement en dessous de nos chiffres de 2019, résume le directeur de l’aéroport. Néanmoins, nous avons réussi à reconstituer près de trois quarts du réseau de destinations que l’on proposait avant la crise sanitaire. Pour ce qui est des perspectives 2022, nous sommes toujours dans cette logique de reconstitution et nous avons également la volonté de proposer de nouvelles destinations à nos clients, à l’image de celle ouverte par Corsair en décembre dernier », conclut le directeur de l’aéroport.

La Martinique désormais à 8 heures de vol de Nantes

Seule compagnie à ouvrir des vols pour les Dom-Tom au départ de la province (Lyon et Bordeaux récemment), Corsair vient de récidiver à Nantes, comme l’explique le PDG de la compagnie, Pascal de Izaguirre : « Depuis le 16 décembre 2021, Corsair est l’unique compagnie aérienne à proposer des vols directs vers Fort-de-France en Martinique au départ de Nantes Atlantique. Devant l’engouement des Ligériens pour cette nouvelle destination, nous avons décidé d’ajouter un deuxième vol par semaine dès le 21 décembre. Avec cette liaison, l’ambition de Corsair est de continuer à développer les connexions entre les régions de l’Hexagone et les Outre-mer. »

Les vols ont lieu tous les mardis et jeudis au départ de Nantes à 13h10, pour une arrivée à Fort-de-France à 16h55 jusqu’au 21 avril 2022. Les premiers sièges pour le soleil débutent à 470 € TTC (A/R sans bagage) et 550 € avec bagage.

« Le coefficient de remplissage de cette nouvelle ligne ayant rapidement atteint les 80 %, nous avons décidé de pérenniser la ligne et de reprogrammer des vols pour l’hiver 2022-2023. Ceux-ci reprendront dès le 15 décembre », ajoute le PDG de Corsair.

UNE DESTINATION QUI SÉDUIT MAJORITAIREMENT DES COUPLES

Depuis l’ouverture de cette nouvelle liaison, la plus longue désormais proposée à Nantes Atlantique, 50 % des passagers sont partis à deux et optent pour des séjours longue durée, avec « 35% des séjours qui durent plus de 14 jours sur place ».

Côté flotte, Corsair dispose de neuf avions, dont cinq Airbus A330neo neufs auront intégré la flotte d’ici avril. « Les performances environnementales de cet Airbus ultra moderne sont en très nette amélioration par rapport aux anciennes générations : réduction de 60 % de l’empreinte sonore, 25 % de consommation de carburant et d’émissions de CO2 en moins par siège pour une consommation de kérosène d’environ 2L/100 km par passager », s’est félicité le PDG de la compagnie qui emploie 970 salariés, transporte 1,2 million de passagers par an et affichait un chiffre d’affaires de 500 M€ en 2019.