Couverture du journal du 22/10/2021 Consulter le journal

Vent des Saveurs investit massivement pour son développement

Le fabricant de produits traiteurs surgelés achève un plan de 12 recrutements en 2021. En pleine croissance, Vent des Saveurs a également investi 500 000€ dans son outil de production et s'apprête à pousser les murs.

Nathalie et Jean-Luc Puech, repreneurs de Vent des Saveurs en 2012 - ©IJ

Gratin bio de pommes de terre, patates douces et carottes Picard, médaillon de saumon farci aux petits légumes Toupargel…Ces délicieuses recettes sont issues des cuisines de Vent des Saveurs. Le « créateur de produits surgelés gourmands », comme il se définit lui-même, mise sur la qualité pour se faire une place auprès des distributeurs de produits surgelés. Tous ses plats portions sont préparés à partir de matières premières de qualité, sans additifs, sans sucre ajouté, sans colorants ou arômes artificiels. « Avec du beurre et de la crème fraîche », ajoute Nathalie Puech, co-dirigeante en charge des achats et des ressources humaines. Fort de la confiance de ses clients, dont Thiriet, Picard ou Maximo, le fabricant vendéen investit massivement pour figurer plus largement dans leur catalogue.

Médaillon de saumon farci aux petit légumes ©Vent des Saveurs

Vent des Saveurs a engagé 500 000€ en 2021

Vent des Saveurs a engagé 500 000€ en 2021 pour améliorer ses process de fabrication avec, notamment, l’acquisition d’une nouvelle ligne de conditionnement automatisée, d’un four à cuisson mixte, sèche et vapeur, et d’un nouvel ERP de production. Une fois la recette concoctée par le chef cuisinier maison et validée par le client, c’est lui qui détient en mémoire le savant cocktail d’ingrédients pour la réaliser à l’échelle industrielle. Pour ces investissements, la société a bénéficié d’un soutien de France relance de 250 000€. Ils s’accompagnent d’un plan de 12 recrutements sur l’exercice dont 9 ont déjà été réalisés, portant les effectifs de la société vendéenne à 34 salariés auxquels s’ajoutent une dizaine d’intérimaires. Là encore, Vent de Saveurs a bénéficié d’un coup de pouce. La société de Talmont-Saint-Hilaire a obtenu une aide de 4 000€ par emploi créé, dans le cadre du fonds de revitalisation de Michelin. Le groupe a en effet pris fin 2019 l’engagement auprès de l’État d’aider financièrement, sur trois ans, les sociétés vendéennes à la création d’autant d’emplois que ceux perdus par le territoire après la fermeture de son usine de pneumatiques de La Roche-sur-Yon. Cette aide s’élève à 3,7 M€ pour 613 emplois à créer. À ce jour, 15 entreprises ont bénéficié du dispositif, créant 217 emplois.

Vent des Saveurs augmente ses capacités de production

À la modernisation de ses outils de production, Vent des Saveurs va ajouter une augmentation de ses capacités de production.« Il nous faut rassurer nos clients sur notre capacité de monter en charge », justifie Nathalie Puech. La société qui produit 40 recettes différentes par an pouvant aller de 50 000 à 1 million de pièces chacune, envisage une réorganisation des flux de production à la faveur d’une extension de 1 500 m2. Ajoutés aux 2 200 m2 de bâtiments existants, cette surface additionnelle vise notamment à accroître la hauteur pour améliorer les possibilités de manutention et la capacité de stockage des matières premières sèches et permettra d’ajouter des chambres froides pour les produits frais entrant dans la composition des recettes. Le premier coup de pioche est espéré en 2023 pour une mise en service en 2024. L’investissement est estimé entre 4 et 5 M€.

Vent des Saveurs mise sur l’innovation

Depuis la reprise de la société en 2012 par Jean-Luc et Nathalie Puech, Vent des Saveurs monte en puissance. Le couple a retravaillé la gamme de produits, réorganisé la production, remis aux normes, complété et rénové son parc de machines dont un robot pour le dressage, obtenu les certifications IFS (garantissant la qualité et la sécurité des procédés et des produits), Bio et MSC (poissons issus de la pêche durable et de l’aquaculture raisonnée) et élaboré de nouvelles recettes pour désaisonnaliser ses ventes. « Quand nous avons repris la société Fraîches Saveurs en 2012, elle réalisait le plus gros de son activité en produits festifs », assure la cheffe d’entreprise. « Aujourd’hui, nous consacrons 5% du chiffre d’affaires à l’innovation. Nous avons élargi notre gamme aux produits du quotidien comme le dernier-né : l’effeuillé de pommes de terre, alternative au gratin dauphinois ». 30% des recettes mises en oeuvre chaque saison sont des innovations de l’année. La société a également lancé ses produits propres : sous la marque Vent des Saveurs pour les spécialistes du surgelé, Atelier des Saveurs pour les grandes surfaces et Bio Saveurs pour les réseaux bio. Elle réalise déjà 40% de son activité en marques propres.

L’export en ligne de mire

Résultat : le chiffre d’affaires progresse d’année en année. À la reprise en 2012, il était d’1,2 M€ avec 17 salariés. Il a atteint 3,7 M€ en 2020 en progression de 10% par rapport à 2019 malgré un retrait de 400 000€ des ventes en restauration commerciale et chez les traiteurs, en raison de la crise sanitaire. « Nous avons trouvé de nouveaux débouchés dans la grande distribution », indique la co-dirigeante. À cette carte élargie, s’ajoute depuis le début de l’année une reprise de l’activité chez les traiteurs. Vent des Saveurs anticipe une croissance de 15% en 2021. Forte d’un directeur commercial recruté en 2018, la société vendéenne songe déjà à reprendre ses démarches à l’export, interrompues par la crise sanitaire. Et, pour se faire mieux connaître des consommateurs, Vent des Saveurs vient de lancer sa boutique en ligne.