Couverture du journal du 25/09/2020 Consulter le journal

Une marketplace locale pour les commerçants et artisans

Mavillemonshopping.fr : tel est le nom de cette marketplace créée pour permettre aux commerçants, artisans et producteurs de Loire-Atlantique de vendre rapidement leurs produits en ligne pendant le confinement.

Donner aux commerçants et artisans, sans activité ou contraints de travailler en mode très dégradé, l’occasion de profiter de leur disponibilité imposée pour construire leur présence « en ligne » : tel est l’objectif du lancement, à l’échelle départementale, de la marketplace Mavillemonshopping.fr, une start-up filiale de La Poste. Une dizaine d’acteurs économiques (CCI, CMA, Chambre d’agriculture, Medef 44,
CPME 44, Plein Centre…) et les collec­tivités territoriales (Nantes Métro­pole, la Carene, le Département, la Région) se sont unis pour lancer cette initiative. 

Au départ imaginée comme une réponse locale pour contrer le géant Amazon, cette marketplace voit sa naissance précipitée pour répondre à l’urgence de la crise et permettre aux professionnels de rendre visibles leurs produits 24h/24h, 7j/7j et de vendre. L’idée étant, d’une part de sauvegarder un minimum d’activité – lorsque cela est possible – durant la période de confinement et, d’autre part, d’être prêts à redémarrer dans les meilleures dispositions à l’issue de cette période.

L’exemple de l’agglo de Saint-Nazaire

Initiée il y a plusieurs mois par la CCI Nantes St-Nazaire qui en assure le pilotage technique, la marketplace s’appuie sur l’expérience déployée depuis juin 2019 par la Ville et l’agglomération de Saint-Nazaire. À ce jour, une soixantaine de commerçants sur les près de 600 que compte l’agglomération se sont ainsi inscrits sur Mavillemonshopping.fr. « C’est un dispositif naissant, il faut que les commerçants jouent le jeu et les consommateurs aussi », indique David Samzun, maire de Saint-Nazaire et président de la Carene. 

Selon l’agglomération, le démarrage a été difficile, avec une bonne audience du site, mais pas de transactions opérées. Depuis le début de la crise néanmoins, la marketplace connaît un regain d’intérêt avec dix nouvelles boutiques inscrites en dix jours, un doublement du nombre de produits proposés en ligne, près de 1 000 connexions enregistrées en huit jours et, surtout, les premières commandes enregistrées. Pour la Carene, l’élargissement à l’échelle départementale est donc une bonne nouvelle, car il va accé­lérer le mouvement initié.
Les commerçants, artisans et producteurs sont donc invités à s’inscrire dès à présent. Les livraisons s’appuieront sur les dispositifs logistiques du groupe La Poste, favorisant les modes propres et les livraisons à vélo, notamment pour le centre-ville de Nantes.

Durant toute la période de confinement, les professionnels peuvent s’inscrire sans abonnement, sans commission sur les ventes et sans engagement. La plateforme territorialisée prendra le relais à l’issue de cette phase, sans coût d’abonnement pour les commerçants et avec une commission « limitée » sur le chiffre d’affaires. Des négociations sont actuellement en cours, mais celle-ci devrait se situer entre 5,5 et 7,5%.