Couverture du journal du 26/11/2021 Consulter le journal

Soriba produit ses premiers escaliers en béton décarbonés

Soriba a consacré une enveloppe de 20 M€ pour se doter d'une unité de production d'escaliers préfabriqué bas-carbone à Fontenay-le-Comte qui vient d'entrer en production. Avec l'ambition affichée de devancer les exigences de la RE2020, la nouvelle réglementation environnementale sur les bâtiments.

Soriba escalier

Soriba a livré ses premiers escaliers en béton décarbonés ©Soriba

Soriba veut être parmi les précurseurs en matière de construction écologique afin de rester dans la course et poursuivre sa croissance grâce à l’industrialisation de ses moyens. Le fabricant vendéen met sur le marché ses premiers produits préfabriqués en béton décarboné à même de devancer les exigences de la RE2020. Spécialiste des façades architectoniques et des escaliers préfabriqués en béton sur mesure, la PME de Challans a engagé 20 M€ pour acquérir 9 hectares et construire une unité de production de béton bas-carbone de 6 500 m2 avec un nouveau process de fabrication semi-automatisé. Soit l’équivalent de son chiffre d’affaires. « Nous avons dû opérer une rupture technologique complète pour adapter notre process industriel au ciment décarboné de Hoffman Green », indique Stéphane Garnier, repreneur de l’entreprise en 1996 avec son épouse.

Autonomie énergétique

« L’usage de ce ciment « vert » a nécessité d’adapter la composition du béton et le process de séchage pour améliorer le temps de prise et de démoulage plus long qu’un béton classique », précise le dirigeant. Pour accroître les capacités d’étuvage et maintenir un temps de séchage acceptable pour une production en série, la chambre de durcissement a été montée en température. Un effet compensé par l’entreprise dans la conception même de l’usine. Moyennant un investissement de 700 000 euros, 5 kilomètres de sonde géothermique assurent 90% de la consommation du process. C’est un des plus gros projets de de type en France dont près de la moitié a été subventionnée par l’Ademe. La toiture est aussi équipée de panneaux photovoltaïques pour une puissance de 100 MW/h. L’ensemble industriel arrive ainsi à une autonomie totale de 67%. Le site est aussi quasiment autonome en eau avec un système de récupération des eaux de pluie et une station de recyclage de ses eaux de production. « Nous avons voulu que cette usine soit la plus vertueuse possible et réponde aux nouveaux enjeux normatifs et sociétaux », argue Stéphane Garnier.

Usine Soriba

L’usine semi-automatisée sera autonome en énergie à 67% © Soriba

 

Une trentaine de recrutements prévus

En rodage depuis la fin août, cette nouvelle unité sera d’abord dédiée aux escaliers à volée droite. Elle jouxte sur le site celle dédiée aux escaliers tournants qui emploie 65 salariés. Les ingénieurs de Soriba planchent sur une gamme d’autres produits décarbonés encore tenus secrets. Le projet a été soutenu par France relance à hauteur d’1,2 M€. A la clé, une trentaine de recrutements sont en cours pour accompagner la montée en puissance de l’usine dont l’organisation et le pilotage full data ont été pensés pour des livraisons en juste à temps. Soriba est ainsi en mesure de livrer un escalier sur mesure en deux semaines soit en quatre fois de temps qu’actuellement. Le groupe familial dispose d’un autre site à Challans, où se trouve le siège social, pour la production des murs préfabriqués en béton, et à la Roche-sur-Yon pour les façades à façon. L’ensemble emploie 170 salariés. Avec ces nouveaux moyens, le dirigeant anticipe un chiffre d’affaires de 28 M€ dans deux ans.