Couverture du journal du 25/09/2020 Consulter le journal

Santé des artisans – La prévention pour assurer la pérennité de l’entreprise

Ils se sentent en bonne santé, et pourtant… Une étude régionale met en lumière les risques encourus par des artisans ligériens stressés.

© iStock

Santé des artisans, comment se portent- ils ? » C’est le titre choisi par Harmonie Mutuelle et la Chambre de métiers et de l’arti­sanat pour une étude publiée ce mois de février 2020 et qui dresse un état des lieux de la manière dont ces chefs d’entreprise se préoccupent de cette question. Auparavant réalisée au niveau local, l’étude confirme les tendances déjà observées il y a quelques années : « Les chefs d’entreprise ont souvent du mal à regarder la façon dont ils doivent se gérer eux-mêmes par rapport à leur santé », synthétise Joël Fourny, président régional de la Chambre de métiers et de l’artisanat des Pays de la Loire. Si 90% s’estiment globalement en bonne santé, l’étude révèle des pratiques à risques préoccupantes. Un dirigeant sur quatre et quatre sur dix, quand ils emploient un salarié ou plus, travaillent ainsi plus de 60 heures par semaine. Leur niveau de stress est élevé : 62% déclarent vivre des journées stressantes, un sur deux est en niveau de stress considéré comme élevé. Ce stress ressenti a des conséquences évidentes sur le niveau de risque au travail. 30% des dirigeants perçoivent des troubles du sommeil, 40% sentent une fatigue s’installer. L’actualité favoriserait, de plus, l’évolution négative de ces indicateurs.  « Sur le volet santé du dirigeant, on relève une aggravation de la situation, explique Joël Fourny. Elle s’explique par des périodes tendues, avec les mouvements sociaux, les gilets jaunes… Ces crises viennent énormément impacter un chef d’entreprise qui se fixe des responsabilités, des objectifs, des défis… Ces éléments extérieurs viennent modifier la donne et il doit s’adapter. Cela crée du stress supplémentaire à gérer. »

Alerter sur les risques  

Le but de cette étude est de déclencher un signal d’alarme auprès des chefs d’entreprise qui souvent minimisent les risques et ont surtout tendance à reporter les mesures de prévention qui les concernent directement. Ils se disent : « Je me préoccuperai de mon cas plus tard, je dois gérer d’abord l’entreprise, poursuit Joël Fourny. Cette attitude comporte des risques importants. A partir du moment où des problèmes de santé apparaissent, cela peut être dramatique car cela fragilise l’ensemble de la structure, le chef d’entreprise étant souvent l’homme clé. On souhaite amener les artisans à prendre du recul et à prendre soin d’eux-mêmes. » Pour sauvegarder et faire prospérer leur activité. « Nous constatons qu’il y a très souvent un tabou autour de la santé des artisans, constate Lionel Fournier, directeur d’Harmonie mutuelle de la région Atlantique, avec l’idée que pour être un bon dirigeant il faut penser à l’entreprise avant de penser à soi ! Pourtant les études montrent les liens entre la santé du dirigeant et la performance de son entreprise. » Veiller à l’information et à la prévention fait partie des missions de la Chambre de métiers, notamment, qui organise des conférences sur la santé du diri­geant dans chaque département, organisées au premier semestre 2020, et qui sont en prévision pour le second semestre. Aussi dans les cartons : « Des services personnalisés, avec la mise en place d’entretiens individuels avec un agent spécialisé, et une orientation vers leurs mutuelles et assurances qui elles-mêmes peuvent les mettre en lien avec des spécialistes de ces questions. »  Pénu­rie de compétences et nécessité de se préoccuper du bien-être de ses employés obligent, les attitudes évoluent cependant pour ce qui concerne la santé des salariés. « Lors de la première étude, les chefs d’entreprises ne se posaient pas beaucoup de questions sur ce thème, précise Joël Fleury. Aujourd’hui, avec la progression de la démarche RSE et de la thématique du bien-être, c’est différent. Ils savent que s’ils veulent garder leurs effectifs et apporter une certaine qualité de vie au travail, ils doivent s’en préoccuper. »  

Une question de survie, donc…

L’artisanat, un levier économique déterminant dans la région

Les artisans en Pays de la Loire concentrent un emploi
sur six, 69 000 établissements et environ 69 500 dirigeants. L’artisanat commercial et les services aux particuliers représentent 44% des établissements (France : 41%),
la construction (artisanat du bâtiment) 40% (France : 46%) et la production et services aux entreprises 16%
(France : 13%).