Couverture du journal du 05/03/2021 Consulter le journal

Nouvelles expos au musée d’Arts de Nantes

Le musée d’Arts de Nantes a, exceptionnellement, rouvert ses portes le 10 février 2021 pour une visite spéciale à destination des journalistes.

Arts de Nantes musée

© I.J

Le musée d’Arts de Nantes a, exceptionnellement, rouvert ses portes le 10 février pour une visite spéciale à destination des journalistes. Nous étions une poignée de chanceux à pouvoir admirer les nouvelles propositions du musée, tout juste installées. En espérant que tous pourront en profiter bientôt.

Alfonso Ossorio, Le Guerrier, la colombe et la chouette, entre 1954-55.

La grande exposition, prévue pour durer jusqu’au 24 mai 2021, rassemble près de 90 œuvres d’artistes américains, United States of Abstraction. Artistes américains en France 1946-1964. Peu connus, ces artistes ont profité de la bourse du GI Bill, en 1946, qui permettait à tout ancien combattant de financer ses études, en s’inscrivant aux écoles d’art et académies parisiennes entre 1946 et 1953. Jackson Pollock, Shirley Jaffe, Sam Francis ou encore Ralph Coburn…

À travers trois chapitres, l’exposition montre comment ils ont contribué à redéfinir l’art abstrait, avec des parallèles réalisés avec des artistes français tels Jean Dubuffet. Des toiles aux explosions de couleurs parfois impressionnantes, ainsi que des traits plus gazeux, « à mettre en relation avec leur propre situation d’expatriés en France, leurs envies de liberté, de création, de solitude », explique Sophie Lévy, directrice du musée.

Les œuvres, peintures, sculptures, ont été prêtées par des collections publiques et privées d’Europe et des États-Unis. L’exposition est organisée avec le musée Fabre de Montpellier et bénéficie du soutien de la Terra Foundation for American Art, basée à Chicago et à Paris.

L’exposition L’Âme de la forêt et sa scénographie particulière. © I.J

Autre salle, autre ambiance. L’exposition L’Âme de la forêt est installée jusqu’en juillet 2022. Elle rassemble des œuvres datant du 17e au 21e siècle et provenant de la collection du musée.

Sur ce thème de la forêt, elle invite à l’imaginaire et à la rêverie, portée par une scénographie visuelle et audio réalisée par Bastien Capela. Bruits de feuilles froissées, chiens, sons nocturnes

« Elle vient en soutien des peintures dans une sorte d’évanescence qui nous met dans une disposition corporelle et auditive particulière pour recevoir les tableaux », explique le vidéaste. Et ça fonctionne.