Couverture du journal du 25/09/2020 Consulter le journal

Livraisons : de nouvelles règles à Nantes

La réglementation sur les livraisons dans le centre-ville nantais évolue. Désormais incitative pour les véhicules propres, elle deviendra simultanément plus contraignante pour tous les autres en 2020.

© InfoJud.

Avec l’accroissement des flux de livraisons, la logistique du dernier kilomètre constitue, comme dans la plupart des métropoles, un casse-tête pour Nantes. Dans une note élaborée conjointement avec la CCI Nantes St-Nazaire, Nantes Métropole fait le constat qu’une typologie variée de véhicules envahit le centre-ville, avec de plus en plus d’utilitaires légers peu remplis, pour une disponibilité́ réduite de l’espace public… et des nuisances (pollutions atmosphérique et sonore, congestion urbaine, encombrement de l’espace public…) multiples. 

À l’instar de Bordeaux, Toulouse ou encore Strasbourg, de nouvelles règles sont donc apparues nécessaires. Leur déploiement va se dérouler en deux temps. D’abord, depuis le 1er juin, les véhicules à énergie alternative (gaz naturel, électricité, hydrogène) bénéficient d’un bonus avec un accès élargi de 4h à 23h aux aires de livraison et aux zones piétonnes. Pour les autres transporteurs professionnels effectuant une livraison ou un enlèvement de marchandise, les règles demeurent inchangées avec, pour la plupart, un accès entre 7h30 et 11h30 sur ce périmètre réglementé.

Dans un second temps, à compter de septembre 2020, quels que soient le type de livraison (presse, pharmacies, linge…) et le destinataire – professionnel ou particulier – seuls les véhicules à énergie alternative seront autorisés toute la journée. Pour tous les autres, les livraisons devront être effectuées uniquement le matin, entre 4h et 11h30. De plus, les véhicules ne pourront plus mesurer plus de 12 mètres de long.

Les artisans ainsi que les particuliers ne sont toutefois pas concernés par cette évolution de la réglementation. Quant aux commerçants, ils ne le seront pas non plus pour les chargements et déchargements liés à leur activité. Ils devront en revanche se soumettre à cette évolution s’ils effectuent des livraisons ou des enlèvements de marchandises auprès de leurs clients.

_________

Dernier kilomètre : quelles stratégies ?
Dans un livre blanc datant de 2018, le groupe de transport et de logistique DHL met en avant les défis liés à la gestion du dernier kilomètre, cette dernière apparaissant comme l’une des principales composantes de l’expérience client.
Selon cette étude, les exigences de confort et de rapidité des consommateurs urbains obligent par exemple les commerçants à remanier leurs réseaux d’entreposage en remplaçant les réseaux centralisés par une infrastructure de distribution locale. Pour DHL, « seules les entreprises, capables de construire des partenariats efficaces pour accroître l’élasticité de leurs réseaux de livraison urbaine, d’investir dans les technologies les mieux à même de stimuler la productivité, de tirer parti des données pour améliorer l’expérience client et, surtout, de gérer leurs stocks de la manière la plus efficiente qui soit, émergeront demain. » 

_______


© D.R.