Couverture du journal du 02/12/2022 Consulter le journal

Le port mise (à nouveau) sur le collectif

Initiée en 2018, la démarche de promotion collective du port de Nantes Saint-Nazaire “Be my port“ arrivait à terme. D’où l’idée d’en créer une nouvelle, “Oportunity“, avec l’ambition de rendre plus visible l’offre de services du port et lui permettre de prendre une autre dimension.

Oportunity port de Nantes Saint-Nazaire

Plus de 150 acteurs économiques étaient présents le 13 octobre au musée Escal’Atlantic pour découvrir “Oportunity“, la nouvelle démarche de promotion collective du port de Nantes Saint-Nazaire. © NSNP F. Badaire

Adieu “Be my port“, bonjour “Oportunity“ ! Pour donner un nouveau souffle à sa démarche de promotion du port de Nantes Saint-Nazaire initiée en 2018, le collectif portuaire du grand Ouest, a dévoilé, le 13 octobre dernier à Saint-Nazaire devant près de 150 personnes, son nouveau nom ainsi qu’une nouvelle identité visuelle.

Lors de la soirée, Christelle Morançais, présidente de la Région mais aussi du conseil de surveillance du port, est d’abord revenue sur la genèse de ce collectif qui rassemble Nantes Saint-Nazaire Port, l’Union Maritime Nantes Port (UMNP)¹  et sa soixantaine d’entreprises, la CCI ainsi que les collectivités² : « Nous avons la chance d’avoir sur notre territoire un outil aussi exceptionnel que le port de Nantes Saint-Nazaire. C’est la porte d’entrée vers le grand Ouest. Mais quand je suis en visite sur le terrain dans les entreprises de notre région, je pose systématiquement cette question aux dirigeants : quand vous exportez, avec quel port travaillez-vous ? La réponse, c’est généralement Le Havre ou les ports d’Europe du Nord. Jamais, ou très rarement, le port de Nantes Saint-Nazaire n’est cité. Ce constat nous a poussés à monter une équipe pour inverser la tendance et faire en sorte que le port devienne un outil incontournable au service de nos entreprises et du monde économique en général. »

Le port bientôt zone industrielle à bas carbone ?

Avec “Oportunity“, les ambitions du port, dont le trafic est en baisse ces dernières années (lire l’encadré ci-dessous), sont multiples : fédérer les acteurs portuaires pour attirer plus d’entreprises, conquérir de nouveaux marchés, trouver de nouveaux partenaires commerciaux, créer des chaînes de services et développer l’activité et l’emploi du port. Pour les atteindre, Pascal Vialard, président de l’UMNP, est lui aussi convaincu « qu’aller à la rencontre d’autres acteurs portuaires et d’entreprises et mieux se faire connaître contribuera au développement et à l’attractivité du port. Cela nous impose d’être performants et agiles pour être capables de traiter du long terme. On envisage notamment que le port soit reconnu comme une zone industrielle à bas carbone. Mais il faut dans le même temps qu’on reste capables de saisir de nouvelles opportunités. Par exemple aujourd’hui, tout le monde nous contacte pour stocker des pellets de bois. On est dans la bagarre, mais la concurrence est rude : on a des ports autour de nous qui ne lâcheront rien ».

Roadshow, salons et missions à l’étranger

Pour donner cette nouvelle dimension au port, le collectif a initié un nouveau programme d’actions, qui fédère l’ensemble des expertises de la place portuaire. Il a notamment commencé par participer à plusieurs salons du secteur du transport, de la logistique ou des énergies nouvelles en 2022. Il enfoncera le clou en étant présent à de nombreux rendez-vous du même genre en 2023 sous la bannière “Oportunity“ : les salons SITL (Paris), Breakbulk (Rotterdam), Seanergy (Paris), Space (Rennes)…

Dès décembre, le collectif lancera également à Angers la première étape d’un roadshow organisé dans plusieurs départements pour aller à la rencontre des chargeurs, industriels et entreprises de toutes tailles du grand Ouest. « On va effectivement créer des roadshows partout dans la région, confirme Yann Trichard, président de la CCI Nantes St-Nazaire. Cela signifie que des représentants du port iront faire le tour des CCI : Angers, La Roche, Le Mans, Laval… Mais aussi qu’on renforcera notre présence sur les événements à l’international pour que nos industriels fassent systématiquement appel à Nantes Saint-Nazaire plutôt qu’à d’autres ports français ou européens pour exporter leurs marchandises. Il s’agira aussi de mieux communiquer pour que chacun prenne conscience des capacités de ce port à produire des services de grande qualité. Une chose est sûre, c’est par le collectif qu’on arrivera à faire de grandes choses. »

Promouvoir les services du port à l’international

Enfin, pour promouvoir les services du port à l’international, les membres du collectif participeront à des missions à l’étranger : un voyage en Scandinavie est ainsi prévu en novembre et un autre en Afrique début 2023. Ils accueilleront en retour des délégations étrangères et leur ouvriront les portes des terminaux portuaires et entrepôts logistiques pour valoriser le potentiel des installations portuaires. Le premier port de la façade atlantique et quatrième port de France compte enfin s’appuyer sur “Oportunity“ pour compléter cette promotion par des actions d’influence ciblées en utilisant les réseaux d’affaires.

Un trafic en baisse

Après 2019 où le trafic du port Nantes Saint-Nazaire avait atteint les 30 millions de tonnes, l’année 2020 s’est clôturée sur un trafic de 28 millions de tonnes (-7 % par rapport à 2019) à cause de la pandémie. En 2021, la situation s’est dégradée et le trafic a dégringolé à 19 millions de tonnes, soit le niveau des années 1980. Deux raisons majeures expliquent cette baisse : le grand arrêt de la raffinerie TotalEnergies pour contrôler ses installations et remplacer les éléments défectueux. Et la baisse conjoncturelle d’activité du terminal méthanier Elengy. De quoi pousser la direction à mettre en place une nouvelle stratégie tournée vers la transition énergétique, avec 500 M€ d’investissements prévus sur les dix prochaines années.

 

  1. L’UMNP rassemble l’ensemble des compétences maritimes et portuaires qui font vivre le port de Nantes Saint-Nazaire : industriels, chargeurs-réceptionnaires, négociants, entreprises de services portuaires à la marchandise ou aux navires, entreprises d’accueil des navires aux ports, prestataires de services maritimes. Mais aussi sept syndicats et organismes communautaires adhérents. L’UMNP compte plus de 60 membres dont Alkion, Sealogis, le groupe Caddac, les Chantiers de l’Atlantique, Idea Group, MSC France, Bolloré Logistics, les Pilotes de la Loire, Sogebras, TGO, Eqiom…
  2. La Région, Saint-Nazaire Agglomération – La Carene, Nantes Métropole et le Département.