Couverture du journal du 12/08/2022 Consulter le journal

La résilience de l’économie vendéenne

La Chambre de commerce et d’industrie de Vendée vient de publier les résultats de sa dernière enquête de conjoncture. Malgré un contexte international incertain marqué par une inflation record, le climat des affaires s’est globalement stabilisé au premier semestre 2022. Néanmoins, les premiers signes de ralentissement de l’économie apparaissent.

Arnaud Ringeard (à gauche), président de la CCI de Vendée, et Yohann Verdon, responsable études. économie

Arnaud Ringeard (à gauche), président de la CCI de Vendée, et Yohann Verdon, responsable études. © CCI Vendée

Du 22 juin au 5 juillet 2022, la Chambre de commerce et d’industrie de Vendée (CCI), en collaboration avec le Medef 85, la CPME 85 et l’OESTV (Observatoire économique social et territorial de la Vendée) a mené une enquête de conjoncture auprès des entreprises vendéennes. En tout, 1 105 établissements y ont répondu. La précédente enquête publiée en janvier dernier concluait l’année 2021 sur une note positive, bien que marquée par le Covid et ses restrictions sanitaires. Mais depuis le début de l’année, on observe les premiers signes d’un ralentissement économique.

Une accumulation d’événements comme la vague Omicron ou la guerre en Ukraine pèse en effet sur l’économie avec, pour conséquences, une inflation record et de fortes difficultés d’approvisionnement. Malgré ce contexte perturbé, les entreprises vendéennes réussissent à faire preuve de résilience et globalement, le climat des affaires se maintient à un bon niveau d’activité.

Sur les six premiers mois de l’année, 40 % des entreprises vendéennes enregistrent une hausse de leur chiffre d’affaires2 contre 38 % sur le quatrième trimestre 2021. Elles sont même 30 % à observer une hausse supérieure à 10 %, soit trois points de plus par rapport à l’enquête précédente. Parallèlement, le nombre d’entreprises ayant constaté une diminution de leur activité a de nouveau baissé, passant de 30 à 27 %. « 73 % des entreprises vendéennes ont retrouvé un niveau d’activité similaire ou supérieur à 2019, avant la crise sanitaire », précise Yohann Verdon, responsable études à la CCI de Vendée.

L’industrie et le BTP et les services aux entreprises/commerces de gros sont les deux secteurs les plus concernés.

LE COMMERCE PLUS IMPACTÉ

« Bien que fortement perturbées par la hausse du prix des matières premières et du coût de l’énergie, les entreprises industrielles et du bâtiment sont dans une dynamique davantage marquée par le ralentissement que par une dégradation, note la CCI de Vendée. La part de ces entreprises dont le chiffre d’affaires est stable ou en progression a en effet diminué, notamment pour l’industrie, mais concerne encore plus de 80 % des entreprises de ces secteurs. »

Quant à l’hôtellerie restauration, elle est dans une dynamique de rebond post-Covid : une entreprise sur deux a vu son activité progresser par rapport à l’an passé. 57 % des CHR3 jugent leur niveau de trésorerie satisfaisant contre 45 % en janvier dernier. Et seulement 19 % déclarent un risque de cessation d’activité dans les prochains moins contre 29 % en début d’année. « Les perspectives sont encourageantes pour cet été, estime la CCI de Vendée, sachant que 80 % des structures d’hébergement enregistrent un niveau de réservation égal ou supérieur à celui observé il y a un an. »

En revanche, le commerce apparaît comme le secteur le plus touché par les perturbations économiques de ces derniers mois : 40 % des entreprises enregistrent en effet une baisse d’activité. « L’inflation pèse indubitablement sur le pouvoir des ménages ou sur leur volonté d’achat. La fréquentation des commerces et le niveau de consommation s’en ressentent immédiatement. Il y a des arbitrages qui sont faits et le commerce est forcément plus touché que d’autres secteurs », analyse Yohann Verdon. Résultat ? Près d’une entreprise sur deux considère sa situation de trésorerie difficile voire très difficile contre 40 % « seulement » en janvier dernier.

INFLATION ET ÉNERGIE, ÉLÉMENTS PERTURBATEURS

Tous secteurs confondus, 60 % des entreprises jugent leur trésorerie satisfaisante, un taux en baisse de six points par rapport à la précédente enquête de conjoncture. Malgré tout, elles sont 69 % à avoir maintenu les investissements prévus, une proportion relativement stable comparé au début d’année. Leurs niveaux d’activité sont encore élevés, en témoigne le faible recours au chômage partiel utilisé seulement par 7 % des entreprises ces derniers mois (-4 points en six mois). Enfin, le climat de l’emploi reste favorable malgré les premiers signes du ralentissement. D’ailleurs, 29 % des entreprises interrogées déclarent avoir des difficultés à recruter. « Le taux de chômage, très bas en Vendée, fait que les entreprises ont du mal à trouver les personnes dont elles ont besoin, décrypte Arnaud Ringeard, président de la CCI de Vendée. À cette problématique de main d’œuvre, s’ajoute une inquiétude pour l’avenir. »

Les autres grandes problématiques auxquelles les entreprises sont actuellement confrontées sont des difficultés d’approvisionnement, de hausses des matières premières et, pour la première fois, de l’énergie. Les tarifs ont doublé voire triplé ces derniers mois. « Le niveau d’activité est bon mais comme tout coûte plus cher, cela impacte les marges, analyse Arnaud Ringeard. On a beau avoir un CA qui progresse de 2 %, si les prix d’achat augmentent de 10 %, forcément la performance de l’entreprise sera moins bonne. »

Conséquence : 58 % des entreprises ont augmenté leurs prix de vente. « D’un côté, c’est rassurant de voir que les entreprises réussissent à répercuter ces évolutions sur leurs prix de vente, poursuit Arnaud Ringeard. D’un autre côté, cela entretient l’inflation. Le risque, c’est une spirale inflationniste. »

DES PERSPECTIVES PRUDENTES

Dans un contexte où l’inflation semble s’installer et la guerre en Ukraine durer, les prévisions d’activité pour les prochains mois sont donc un peu moins favorables et pourraient confirmer, pour la fin de l’année, la ralentissement observé ces derniers temps. Pour les secteurs de l’industrie, du BTP et du service aux entreprises, les perspectives sont bien plus prudentes que lors des dernières enquêtes : entre 20 et 25 % des entreprises ont un panier de commandes moins garni qu’il y a un an, et autant envisagent une dégradation de leur activité dans les prochains mois. L’indice de confiance, qui reflète l’inquiétude des chefs d’entreprises vendéens face à l’avenir, s’en ressent. Il est de 6,4/10 contre 6,8 en janvier. Il diminue pour la deuxième année consécutive.

Résultats complets de cette enquête de conjoncture à retrouver sur Vendee.cci.fr.

1. + 5,8 % sur un an, juin 2022. Sources : Eurostat, Crédit Agricole / Eco.

2. Comparé à la même période en 2021.

3. Café-Hôtel-Restaurant.