Couverture du journal du 20/05/2022 Consulter le journal

La « mobilisation exceptionnelle » de Bpifrance en 2021

La banque publique d’investissement a fait le bilan d’une année 2021 marquée par une mobilisation importante. Objectif : favoriser la sortie de crise, en insistant particulièrement sur la transition écologique et l’industrie.

Mathieu DÉFRESNE, Bpifrance

Mathieu DÉFRESNE, directeur régional de Bpifrance © Benjamin Lachenal

Pas moins de 3 848 entreprises des Pays de la Loire ont été soutenues par Bpifrance, à hauteur de 1,2 Md€, permettant de mobiliser 2,6 Mds€ de financements publics et privés : c’est ce qui ressort du bilan 2021 dressé par la banque publique d’investissement. « Nous avons maintenu un niveau d’activité similaire à celui de 2020, qui était une année record, avec cette fois des actions davantage orientées rebond et relance que défensives », précise Mathieu Défresne, directeur régional de Bpifrance. La Loire-Atlantique concentre 1 576 entreprises soutenues et la Vendée 745, pour respectivement 1,07 Md€ et 584 M€ de financements totaux mobilisés. Côté sectoriel, l’industrie arrive en tête avec 67 %. Viennent ensuite, entre autres, le commerce (9 %), la construction (6 %) et les services (5 %). Enfin, ce sont surtout les TPE, à 70 % (soit 2 381 entreprises), qui en ont bénéficié.

DES INDICATEURS À LA HAUSSE

En croissance, l’activité de garantie de la banque d’investissement enregistre une progression de 7 %, avec 212 M€ dans la région. 488 M€ de prêts garantis ont ainsi bénéficié à 2 715 entreprises ligériennes, soit un redémarrage marqué après deux années de recul en raison du déploiement des PGE.

Globalement, Bpifrance Pays de la Loire observe une « année de reprise économique portée par le plan de relance » : 408 M€ de prêts ont ainsi été accordés à 482 entreprises pour financer leurs projets de développement, mobilisant 1,3 Md€. De son côté, le dispositif « prêt rebond Pays de la Loire » a bénéficié à 130 entreprises en 2021, à hauteur de 8 M€. Enfin, les financements court terme affichent une augmentation de 20 % par rapport à 2020, portant les avances classiques à 315 M€ dans 245 TPE-PME.

Signal fort, l’innovation connaît quant à elle un « niveau d’activité historique tiré par les dispositifs France relance et le lancement de nouveaux volets d’intervention du Pia4 (le quatrième programme d’investissements d’avenir qui consacre 20 Mds€ à l’innovation, NDLR) », précise la banque. Celle-ci constate une importante croissance du financement de l’innovation avec 181 M€ ayant bénéficié à 528 entreprises ligériennes, soit + 51 % par rapport à 2020. Les aides à l’innovation sont en légère progression de 5 % par rapport à 2020 avec 28 M€ octroyés à 304 entreprises, portées notamment par le rôle du « plan deeptech » de Bpifrance, destiné à développer l’innovation de rupture issue du transfert de technologie. « Innovation et international vont de pair : les innovations de rupture et la deeptech adressent des marchés mondiaux dès le début », commente Mathieu Défresne. C’est pourquoi la banque au rôle « contracyclique » a aussi porté son effort sur l’export. En la matière, elle enregistre une forte progression avec 1,7 Md€ octroyés à 354 entreprises ligériennes, « la meilleure année depuis 2017 ». Une progression qui intervient dans un contexte de déploiement de nouveaux programmes d’accompagnement comme la Team France export qui, en partenariat avec la Région, Business France et les CCI, a permis d’accompagner 211 entreprises à travers du diagnostic et du conseil, et d’épauler 16 autres dans leur déploiement international grâce à des missions dédiées.

ON NE PEUT PAS PARLER DE DÉVELOPPER L’INDUSTRIE SANS CORRÉLER CELA À LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE ET  ENVIRONNEMENTALE.

DES ACTIONS PRIORITAIRES SUR L’ÉCOLOGIE ET L’INDUSTRIE

Avec plus de 310 missions de conseil auprès de start-up, PME et ETI et 174 nouvelles entreprises accélérées sur un total de 288 déjà accélérées (+ 66 % par rapport à 2020), l’action de Bpifrance veut mettre l’accent sur la transition environnementale et la transformation industrielle. La première, à travers le plan climat de la banque, a été un axe fort en 2021, « et l’actualité nous donne raison, entre le contexte énergétique et le dernier rapport du Giec », souligne Mathieu Défresne. Cet accompagnement s’est notamment matérialisé, sur ce volet, par un partenariat renforcé avec l’Ademe. Les dispositifs « Diag eco-flux », accompagnement pour réaliser des économies durables, et « Diag décarbon’action », visant à réduire ses émissions de gaz à effet de serre, ont eux concerné 59 entreprises ligériennes. 1,6 Md€ de prêts énergie environnement ont aussi été octroyés en 2021 ainsi que 60 M€ de prêts verts.

Du côté de la réindustrialisation et de la transformation de l’industrie, qui doit la faire entrer dans l’ère du 4.0, mêlant numérisation, robotisation et intelligence artificielle, Bpifrance fait état de plusieurs centaines de missions de conseil « rebond » menées, afin notamment d’accompagner la relance et sécuriser les approvisionnements. La banque publique d’investissement enregistre également 6,2 Mds€ de financement dans des entreprises industrielles en 2021. Pour Mathieu Défresne, « les deux sont liées, on ne peut pas parler de développer l’industrie sans corréler cela à la transition énergétique et environnementale ».

Des perspectives optimistes pour 2022

D’après Mathieu Défresne, la tendance est « au moins équivalente à celle de 2021 », avec une crise du Covid qui s’éloigne et une crise ukrainienne certes présente mais moins impactante. « Nous observons, tous secteurs confondus, des chefs d’entreprise avec des niveaux d’activité très bons et des carnets de commandes bien remplis, avec le bémol du coût et de la disponibilité des matières premières et de l’énergie. Le démarrage 2022 est très dynamique. »La transformation de l’industrie est de nouveau un cheval de bataille de Bpifrance en 2022, avec notamment le « prêt nouvelle industrie » qui devrait être lancé courant avril. Il est destiné à financer sur des durées longues (15 ans) les projets de lancements industriels et commerciaux.

La transition environnementale, « partie intégrante de tous nos accompagnements » selon Mathieu Défresne, sera elle-aussi toujours au cœur de l’action de la banque à travers la poursuite de son plan climat. Le directeur régional veut aussi porter en 2022 l’effort sur la création et l’entrepreneuriat, via son écosystème (France active, Initiative, Réseau entreprendre…).