Couverture du journal du 17/09/2021 Consulter le journal

Hyphae, première entreprise à mission de Vendée

Nouveau statut juridique, issu de la loi Pacte, l'entreprise à mission engage ses dirigeants sur le respect de valeurs sociétales et environnementales dans la pratique de leur métier et oriente les choix stratégiques de l'entreprise. Pour Hyphae, qui explore les nouvelles formes de travail, c'est une suite logique de son positionnement.

Marielle Villard et Teddy Travers Hyphae

Marielle Villard et Teddy Travert, fondateurs d'Hyphae © Hyphae

Première entreprise à mission de Vendée… Teddy Travert, cofondateur d’Hyphae avec Marielle Villard, savoure. « Nous avons obtenu ce statut le 31 mars 2021 ». Ce graal, qui peut paraître abscons aux entreprises « classiques », n’est pourtant que l’aboutissement logique d’une démarche managériale qui prend en compte l’humain et l’environnement dans lequel évolue l’entreprise, au même titre que la performance économique. L’entreprise de Boufféré a été créée en 2019 sur ces principes. Son objet même en témoigne. Née de la rencontre, lors d’une cession d’entreprise de Fontenay-le-Comte, d’une DRH et d’un ingénieur devenu manager d’équipe de production, Hyphae mise avant tout sur l’humain. La start-up propose aux entreprises des compétences incarnées par des hommes et des femmes indépendants qui veulent choisir les missions et les entreprises avec lesquelles travailler.

Hyphae met des talents à disposition des entreprises

Appelés slasheurs, en référence au slash, la barre diagonale qui sépare un tout en mots-clés, ce sont des prestataires qui cherchent à équilibrer sens/diversité/argent et à mieux gérer vie privée et vie professionnelle. Hyphae les accompagne en termes de statut juridique et de recherche de missions qui font sens par rapport à leur carrière. « Nous ne sommes pas une agence d’intérim ou de portage classique. Nous recevons chaque talent pour connaître ses expertises, ses attentes et ses atouts et le mettons en relation avec des dirigeants pour des missions de durée variable, mais clairement définies. Et on le suit toutes les semaines », argue Teddy Travert. Souvent en marge d’une carrière linéaire, ces profils de cadres qualifiés avec 10 à 15 ans d’expérience sont manager de transition, directeur des opérations, directeur administratif et financier, chef de projet ou directeur commercial marketing communication ou ont des compétences à impact comme les achats, les ressources humaines ou l’inclusion. Tous ont préféré renoncer à la stabilité d’un poste intégré pour ne pas être enfermés dans un cadre trop rigide.

Dupliquer son modèle

Hyphae dispose de plusieurs structures juridiques pour porter toutes les formes de travail possibles : temps partagé, portage salarial, prestation… Compte tenu du réseau de ses fondateurs, Hyphae travaille à 80% avec les secteurs de l’industrie, du transport et le milieu associatif. La société se concentre sur la Vendée et sa périphérie, de Nantes à La Rochelle et de Cholet à Niort. Depuis sa création, Hyphae a embarqué une trentaine de talents dans son aventure. La société (1 M€ de CA en avril 2021) se rémunère sur un pourcentage des missions. Elle n’a pas vocation à dépasser une cinquantaine de talents « pour conserver la qualité de l’accompagnement ». Au-delà, l’entreprise imagine dupliquer son modèle sur d’autres territoires.

Deux ans pour devenir une entreprise à mission

Soucieux de l’humain et de son équilibre économique, Hyphae est aussi soucieux de la planète. Pour sa part, Teddy Travert a été sensibilisé à l’impact environnemental de l’activité de l’entreprise en tant que responsable QSE dans sa dernière entreprise où il a découvert et diffusé les bonnes pratiques en matière de RSE (responsabilité sociétal des entreprises), le label Lucie… À la fondation d’Hyphae et sous l’impulsion de François Guérin, le dirigeant de Cetih, et de l’association DRO (Dirigeants responsables de l’Ouest), les deux co-fondateurs s’étaient donné deux ans en attendant le vote de la loi Pacte pour devenir une entreprise à mission. Concrètement, ce statut engage la société à définir sa raison d’être et ses pratiques autour d’objectifs durables, comme se soucier du capital humain ou réduire son empreinte carbone. Ces engagements sont écrits et les écarts régulièrement vérifiés par un comité de suivi externe à l’entreprise représentant ses parties prenantes ; clients, partenaires, prestataires…

Une entreprise prosélyte

L’entreprise à mission a aussi un rôle prosélyte. « Nos talents sont autant de porte-parole pour diffuser les bonnes pratiques à mettre en place dans les entreprises, chacun dans son métier. Nous les formons et les outillons en ce sens », précise le dirigeant. « Nous avons référencé des outils que déploient nos talents pour passer en comptabilité carbone par exemple », illustre Teddy Travert. La tâche est ardue. Première et pour le moment seule entreprise à mission en Vendée, Hyphae se réjouit de la courbe ascendante que prend ce statut juridique depuis sa création en mai 2019. Selon le deuxième baromètre de l’Observatoire des entreprises à mission, publié en mai 2021, elles seraient à ce jour 9 en Pays de la Loire et 160 en France.