Couverture du journal du 20/05/2022 Consulter le journal

Enihcam innove dans la lunette correctrice de sport

Enihcam, jeune pousse de Chantonnay, réussit le tour de force de proposer des lunettes correctrices de haute technologie, adaptées aux pratiques sportives intenses, accessibles en termes de prix. Son fondateur, Florian Boisseau, opticien et sportif de haut niveau a notamment misé sur la vente en ligne pour réduire ses coûts.

Proposées à partir de 159€, les lunettes correctrices Enihcam sont adaptées aux pratiques sportives intenses ©Enihcam

Faute de trouver des lunettes de sport à sa vue, à des prix abordables, Florian Boisseau, a décidé de concevoir ses propres modèles. Il connaît bien son sujet : l’ancien cycliste de haut niveau est aussi opticien. Il a exercé pendant dix ans dans des enseignes d’optique. Après un an de recherche et de développement et quelques prototypes, il a créé Enihcam (machine à l’envers, mot qualifiant les sportifs de haut niveau) en juin 2021.

Lunettes masques Enihcam @enihcam

La jeune société de Chantonnay propose des lunettes de vue de haute technologie, solaires ou non, à partir de 159€ pour les premières corrections et à partir de 329€ en verres progressifs. « Il faut compter entre 500 et 800€ pour avoir de tels modèles chez un opticien ayant pignon sur rue », affirme le créateur.

Vente en ligne et sourcing sans intermédiaire

Son modèle économique repose sur la commande en ligne des verres correcteurs, des marges serrées et un sourcing sans intermédiaire. Les verres sur-mesure sont réalisés chez Karl Zeiss vision à Rennes. L’essai des montures se fait dans les magasins de sport partenaires, des spécialistes du cycle, du triathlon ou de la course à pied. Un configurateur 3D permet de choisir en ligne les coloris des montures et des verres. Si les montures proviennent pour l’instant des usines asiatiques fournissant toutes les grandes marques de lunettes, le dirigeant va très rapidement se fournir en Italie afin de proposer des montures en plastiques recyclés. Deux tailles de ses premiers modèles sont aujourd’hui proposées. La forme bombée du verre permet un large champ de vision pour de meilleure performances sportives.

Florian Boisseau est opticien et ancien cycliste de haut niveau ©Enihcam

Pour maîtriser ses coûts, le jeune dirigeant a conçu une machine spéciale qui lui permet d’assembler lui-même le bandeau en verre sur les montures et d’assurer tout le service après-vente.

Plébiscite des sportifs de haut niveau

Florian Boisseau vient de débuter la commercialisation de ses lunettes moyennant un premier investissement de 50 000€. Il a été accompagné par les réseaux vendéens d’aides à la création d’entreprise comme Initiative Bocage ou le Pays de Chantonnay. Il espère arriver très vite à l’équilibre avec un premier exercice complet de 120 000€ et 60 paires de lunettes vendues par mois. Bien introduit dans le sport de haut niveau, Enihcam fournit déjà Donovan Grondin, champion du monde de vélo de vitesse et médaillé de bronze aux JO de Pékin, l’équipe cycliste Vendée U ou le triathlète Antoine Méchin. Chez les femmes, on verra bientôt les lunettes Enihcam sur le nez de Camille Thiré-Monnier, la meilleure triathlète française. Un plébiscite pour les lunettes imaginées par Florian Boisseau.