Couverture du journal du 23/02/2024 Le magazine de la semaine

Eclore Actuators est passée à l’étape de la commercialisation

Révolutionner un composant qui fonctionne depuis 100 ans. C’est l’ambition portée par Pierre Gautier-le Boulch, fondateur de la start-up nantaise Eclore Actuators. Il vient de lancer la commercialisation de ses soufflets de protection et parle développement de nouveaux produits.

Eclore, Nantes

L’équipe d'Eclore Actuators lors du salon Industrie grand Ouest de Nantes, avec notamment Pierre Gautier-Le Boulch, le fondateur (à gauche). ©Eclore

Pierre Gautier-le Boulch a fait du chemin depuis son projet de fin d’études à l’École des Mines de Saint-Etienne. « Mon idée était de transformer les traditionnels vérins pneumatiques, souvent lourds et encombrants, par un concept plus léger et 100 % recyclable, basé sur des procédés industriels de pliage », rappelle le jeune ingénieur. Ainsi est née Eclore Actuators à Nantes, en 2019, avec le lancement d’une gamme de soufflets de protection pour les machines agricoles ou les engins du BTP. Objectif : « multiplier par dix la durée de vie des équipements et des systèmes hydrauliques ».

Fin 2022, la jeune entreprise a franchi une nouvelle étape en démarrant la commercialisation auprès de PME et de grands comptes à l’échelle européenne, tout en s’appuyant sur une forte politique de brevets. La start-up entend se démarquer en assurant des expéditions « en moins de 48 heures, quand les délais peuvent aller jusqu’à deux mois chez nos concurrents ».

Cette année, l’entreprise prévoit en parallèle de lancer un nouveau produit : un préhenseur à ventouse qui permet de saisir des objets sur une chaîne de production. Celui-ci aura la particularité d’être « rigide », permettant d’« augmenter les cadences de production ». Investissant « en continu », Eclore Actuators (8 salariés), déjà équipée de cinq machines, va intégrer de nouveaux outils de production pour un montant de 20 000 €. Pierre Gautier-le Boulch prévoit quant à lui un point d’étape en milieu d’année pour dresser un premier bilan. « Si la commercialisation se déroule bien, la volonté est de dupliquer le modèle sur d’autres applications et de doubler les équipes ». Il table sur un chiffre d’affaires prévisionnel de 150 000 € en 2023 et 1 M€ en 2024 si le succès est au rendez-vous.

Actuellement hébergée au sein de la pépinière Nantes Créatic sur 250 mètres carrés, la start-up pourrait être amenée à chercher des locaux plus grands, de 1 000 à 2 000 mètres carrés à l’horizon 2025.

Annonces légales

Vos annonces légales au meilleur prix dans toute la France.

Je publie mon annonce légale