Couverture du journal du 03/02/2023 Le magazine de la semaine

Éclairage nocturne : comment réduire son impact et sa facture ?

Le pays de Mortagne organisait le 15 décembre dernier une soirée sur le thème de l’éclairage nocturne : « Quels sont mes impacts et mes leviers d’actions ? » L’objectif était de sensibiliser les entreprises aux différents enjeux liés à l’éclairage de nuit et de proposer des solutions d’accompagnement.

Vue nocturne de la Ville des Herbiers depuis le Mont des Alouettes ©IJ

Vue nocturne de la Ville des Herbiers depuis le Mont des Alouettes ©IJ

Depuis plusieurs semaines, la question de l’éclairage nocturne, ravivée par la période des fêtes de fin d’année et ses traditionnelles illuminations, est sous le feu des projecteurs. Alors que l’éclairage représente aujourd’hui en France un peu plus de 10% de la consommation annuelle d’électricité[1], on comprend aisément la nécessité de revoir ses usages, tout particulièrement dans un contexte de tension d’approvisionnement et d’augmentation des coûts. Rappelons que dans son plan de sobriété énergétique, le gouvernement a appelé les entreprises à éteindre l’éclairage intérieur des bâtiments dès l’inoccupation et à réduire l’éclairage extérieur, notamment publicitaire.

Des enjeux énergétiques, mais pas seulement

Mais le souci de réguler l’éclairage nocturne ne date pas d’hier. Cela fait en effet déjà une dizaine d’années qu’une règlementation est en place. Émanant du Grenelle de l’environnement[2], elle met en avant non seulement la notion d’économies d’énergie, mais aussi la question de santé publique et la nécessité de préserver la biodiversité. « L’éclairage nocturne participe à l’effondrement de la biodiversité » alerte Matthieu Charrier, responsable de l’antenne vendéenne de l’ANPCEN (Association nationale pour la protection du ciel et de l’environnement nocturne). Ce dernier rappelle au passage que le phénomène de pollution lumineuse est la deuxième cause d’extinction des insectes après les pesticides[3]. Et si la lumière artificielle perturbe la faune et la flore, « elle touche aussi le cycle naturel de l’être humain en coupant l’alternance entre le jour et le nuit » précise l’expert, qui reconnaît toutefois qu’il y a « une prise de conscience globale. »

Passage à l’action

Et alors que de plus en plus d’études scientifiques mettent en lumière les effets négatifs de l’éclairage nocturne, les actions se multiplient pour tenter d’inverser la tendance. Le pays de Mortagne, qui regroupe 11 communes, s’est notamment engagé, en remplaçant les luminaires existants par du matériel plus économique en énergie et mieux orienté ou encore en réduisant le temps d’éclairage public. Depuis septembre 2019, la ville de Mortagne-sur-Sèvre éteint ses lumières à 23h30, et même à 21h30 depuis le printemps dernier. La démarche du territoire vendéen a d’ailleurs été récompensée par le label « Territoire de villes et villages étoilés » décerné par l’ANPCEN. « Nous souhaitons aujourd’hui que nos entreprises suivent notre exemple, souligne Thomas Schabaillie, du service développement économique de la communauté de communes. Nous nous adressons tout particulièrement aux commerçants et artisans situés dans les zones industrielles du territoire. » Le bassin de Mortagne compte au total 250 entreprises employant des salariés et 28 zones d’activités. « Une dizaine d’entreprises ont d’ores et déjà entamé des actions tandis que des projets sont en cours pour d’autres » ajoute Guy Girard, vice-président du Pays de Mortagne.

L’atelier de découpe Cut West (qui emploie dix salariés à Saint-Laurent-sur-Sèvre) fait partie de ces entreprises. Après avoir réalisé des travaux d’extension, Luc Thimoléon, dirigeant de la PME (et vice-président du club d’entreprises du Pays de Mortagne) a décidé de changer ses éclairages. Pour sa zone de production, il souhaite par exemple remplacer les tubes néon vieillissants par des Led, afin de faire des économies et d’avoir un meilleur confort de travail. Et pour l’éclairage extérieur, il prévoit de passer d’un éclairage continu à un détecteur de présence. Un système qui s’avère d’ailleurs plus efficace pour prévenir toute intrusion malveillante, assurent les gendarmes présents lors de cette soirée, l’Adjudant-Chef Renaudin et l’Adjudant-Chef Raynard. La question de la sécurité étant souvent évoquée pour justifier l’usage de l’éclairage la nuit, les représentants de la brigade de Mortagne-sur-Sèvre précisent au passage que depuis la réduction du temps d’éclairage dans la commune, la sécurité s’est même améliorée.

Conseils et accompagnement

Que ce soit pour réduire sa consommation d’électricité, apporter un meilleur confort de travail à ses salariés ou diminuer son impact environnemental, les améliorations ou changements doivent se faire en bénéficiant d’un accompagnement. Ainsi, le Pays de Mortagne qui travaille notamment avec le SyDEV[4] annonce son adhésion prochaine à l’association Orace[5], afin de renforcer son offre d’accompagnement énergétique aux entreprises. « Notre service développement économique est à l’écoute pour orienter vers les bons interlocuteurs » ajoute Guy Girard. Parmi ses interlocuteurs figurent Emmanuel de Beaurepaire, dirigeant de l’entreprise Uptoled[6] et adhérent d’Orace, venu apporter son expertise. Depuis 12 ans, il accompagne les entreprises souhaitant passer à l’éclairage Led. Comptant parmi ses clients des collectivités et des entreprises, notamment les Chantiers de l’Atlantique, Bucher Vaslin, la fonderie Bouhier ou encore Faurecia, Uptoled a déjà équipé 670 sites industriels. Emmanuel de Beaurepaire estime qu’il est « extrêmement urgent » de passer à l’éclairage Led « qui peut répondre aux problématiques du plus grand nombre ». Le dirigeant reconnaît le coût élevé de ce type de matériel, mais promet un retour sur investissement inférieur à deux ans, ajoutant que l’installation de Led permet de diviser par trois voire deux sa consommation d’électricité. « Nous voyons bien qu’il y a chez les chefs d’entreprise la volonté mais aussi la contrainte. Les factures commencent à tomber alors il faut trouver des solutions » conclut Guy Girard.

 

[1] 49 TWh par an : source ADEME 2021

[2] Organisé fin 2007, le Grenelle de l’environnement visait à prendre des décisions à long terme en matière d’environnement et de développement durable.

[3] Etude Direction départementale des territoires et de la mer, 2014

[4] Syndicat Départemental d’Énergie et d’équipement de Vendée.

[5] L’association Orace fédère l’ensemble des acteurs de l’énergie de la région des Pays de la Loire. Elle les accompagne dans leur démarche de maîtrise de consommation d’énergie.

[6] Uptoled, PME de 13 salariés basée à Indre, spécialisée dans l’éclairage Led industriel.