Couverture du journal du 16/07/2024 Le nouveau magazine

Conjoncture régionale : une fin d’année contrastée

Production industrielle en hausse, activité et demande en légère progression dans les services marchands, stabilité dans le bâtiment : la Banque de France a livré son point de conjoncture pour novembre dans les Pays de la Loire.

Conjoncture régionale Pays de la Loire

© Shutterstock

Alors que le climat général reste très incertain, au national comme en région, l’industrie ligérienne affiche une progression sensible de sa production dans tous les secteurs, hors matériel de transport, et peut compter sur une demande également en hausse. Si les prix des matériaux et des matières premières se font toujours ressentir, le niveau des carnets de commande se maintient ou progresse pour la quasi-totalité des filières. Et en matière de recrutement, l’industrie voit un renforcement de ses effectifs malgré des tensions toujours bien présentes. Dans le détail, l’agroalimentaire connaît une activité et une demande très bien orientées en novembre, alors que le matériel de transport voit sa production reculer malgré une progression de la demande. Le secteur des équipements électriques et électroniques est pour sa part toujours dynamique, avec une production en hausse pour le quatrième mois consécutif, tirée par la filière machines et équipements. La demande y est toutefois en léger retrait. Au global, les professionnels de l’industrie interrogés tablent sur une hausse très modérée de l’activité en décembre.

Bonne dynamique des services marchands

Du côté des services marchands, activité et demande sont aussi en hausse, bien aidées notamment par la belle dynamique de l’hébergement-restauration, qui connaît pourtant un relèvement des prix consécutif à la hausse des coûts de l’énergie et des matières premières. Du côté des transports et entreposage en revanche, activité et demande sont en recul, avec des difficultés récurrentes quant à l’approvisionnement de certaines pièces détachées. À noter également pour cette filière, une poursuite de la hausse des prix, conséquence notamment de l’augmentation du coût des produits manufacturés. Les activités juridiques, comptables, de gestion, architecture, ingénierie et analyse technique enregistrent quant à elles un fort rebond de l’activité et de la demande, et les services administratifs et de soutien affichent aussi une hausse de l’activité et de la demande, mais les niveaux de trésorerie s’y contractent.

Toutefois, dans les services marchands au global, c’est un renforcement des trésoreries qui est observé. La bonne tendance devrait se confirmer en décembre : les chefs d’entreprise prévoient une activité en légère hausse, une demande dynamique, ainsi qu’une augmentation des prix et des effectifs.

Stabilité du bâtiment

Pour le bâtiment, la tendance globale de l’activité en novembre est à la stabilité, à l’image du gros œuvre. Dans celui-ci, les effectifs progressent sans toutefois combler pleinement les déficits de main-d’œuvre. Ces difficultés de recrutement persistantes impactent négativement le second œuvre dont l’activité est en léger repli. Les carnets de commandes, qui se portent mieux dans le second œuvre que dans le gros œuvre, se maintiennent à un bon niveau. À noter également : la hausse continue des prix des devis, qui devrait se poursuivre en décembre. Gros œuvre et second œuvre devraient toutefois repartir à la hausse en décembre, et ce malgré les incertitudes liées aux coûts de l’énergie et des matières premières qui créent un sentiment d’inquiétude chez les chefs d’entreprise pour 2023. Les travaux publics connaissent de leur côté une baisse d’activité au troisième trimestre, mais un retour à la hausse est attendu au dernier trimestre.

« Nous ne sommes plus en phase de progression »

Selon la dernière enquête de conjoncture de la CCI Vendée, l’activité des entreprises du département a poursuivi sa hausse au troisième trimestre, avec toutefois une tendance au ralentissement. « Nous ne sommes plus en phase de progression comme ce qu’on a pu connaître sur l’après Covid depuis maintenant un an et demi, mais plutôt sur un plateau assez haut dans l’attente de moments difficiles en 2023, analyse Yohann Verdon, responsable des études. L’activité des entreprises se maintient, mais il est probable que la situation se dégrade au cours du premier trimestre 2023. » D’après l’enquête réalisée entre les 12 et 21 octobre derniers qui a recueilli 635 réponses, 35 % des entreprises (tous secteurs confondus) enregistrent une progression de leur activité sur le troisième trimestre, contre 40 % au premier semestre. Elles sont 22 % à indiquer une hausse de chiffre d’affaires supérieure à 10 %, en recul de huit points par rapport aux six premiers mois de l’année.
Bien que fortement perturbées par la hausse des prix des matières premières et des coûts de l’énergie, les entreprises de l’industrie (qui représentent près de 30 % des emplois du département) et du BTP, sont pour l’heure dans une dynamique marquée davantage par un ralentissement que par une dégradation. Selon Yohann Verdon, « avec le durcissement des conditions d’accès à l’emprunt, ce sera de plus en plus difficile de faire construire et cela aura un impact assez direct sur les carnets de commande dans les prochains mois ».
Le BTP et l’industrie restent les secteurs où les tensions de recrutement se font le plus sentir. Des difficultés liées au faible taux de chômage et au manque de logements dans le département, mais aussi d’après le représentant de la CCI, « parce que la population est vieillissante et qu’il y a de moins en moins de jeunes pour pallier les départs. » Des difficultés de recrutement persistantes également chez les professionnels de l’hôtellerie et de la restauration qui affichent néanmoins un large sourire après une bonne saison estivale.
Les commerces et services aux particuliers sont toujours à la peine, avec 41 % des entreprises du secteur enregistrant une baisse d’activité. La hausse des prix fournisseurs, des coûts de l’énergie et l’inflation entraîne une baisse immédiate du pouvoir d’achat des ménages. « Les consommateurs commencent à faire des arbitrages, en particulier sur l’alimentaire. Une tendance qui risque de s’accentuer après les fêtes de fin d’année », constate Yoann Verdon.

Alexandrine DOUET

Annonces légales

Vos annonces légales au meilleur prix dans toute la France.

Je publie mon annonce légale