Couverture du journal du 03/02/2023 Le magazine de la semaine

Bioret Agri : un nouveau site pour diversifier ses activités

Spécialisée dans le bien-être des animaux d’élevage, notamment grâce à ses matelas à eau destinés aux vaches, l’entreprise Bioret Agri est en plein développement.

Bioret Agri

© Bioret Agri

La société Bioret Agri, dont le siège est à Nort-sur-Erdre (Loire-Atlantique), a acquis en mars dernier un terrain de sept hectares à Mouzeil, dans la zone des Mesliers, en vue d’y créer un nouveau site industriel. Jean-Vincent Bioret, le dirigeant, précise : « Compte tenu de la croissance de l’entreprise, en moyenne 15 % par an depuis une quinzaine d’années, on se sentait à l’étroit dans nos locaux à Nort-sur-Erdre. On a cherché une solution dans les alentours et on a trouvé notre bonheur à Mouzeil. On espère que les premiers entrepôts et bâtiments administratifs seront hors d’eau et hors d’air d’ici la fin de l’année. Et on prévoit de transférer l’activité du site de Nort-sur-Erdre à Mouzeil d’ici juin 2023. » La société, qui a réalisé 21 M€ de chiffre d’affaires en 2021, entend ainsi « diversifier ses activités pour le bien-être animal, mais également développer sa branche loisirs et industrie. Nous en profiterons bien évidemment pour continuer d’innover et pas forcément que pour les bovins ! Par exemple, nous avons récemment créé un matelas à eau pour enfant que l’on peut poser sur n’importe quel support : herbe, bitume… Il est éco-conçu car fabriqué à partir de 85 % de matériaux recyclés. La matière première est du plastique de sacs poubelle recyclé. Pour le protéger et être conforme aux normes de chute critique, elle est recouverte de la hauteur de bouchons de pharmacie broyés. De la pelouse artificielle est brodée sur l’ensemble, avec une marelle version plage ou marais ». Pour l’entreprise, qui consacre 4 % de son chiffre d’affaires à la R&D, l’investissement lié à la construction de ce nouveau site est conséquent : « Pour la première phase, qui concerne l’aménagement de 40 000 m2, l’enveloppe est de 3,5 M€, tandis qu’1,5 M€ supplémentaires sont prévus pour financer la phase 2, qui sera forcément conditionnée par notre activité mais également les prix du marché, des matières premières et les éventuels problèmes d’approvisionnement. »