Couverture du journal du 01/07/2024 Le nouveau magazine

Baticup Atlantique : « Goûter au plaisir d’un challenge en équipe »

La Baticup Atlantique est la régate annuelle des professionnels du bâtiment, de la construction et l’immobilier. Prévue les 22 et 23 septembre, la 12e édition verra s’affronter près de 25 bateaux dans la baie de Pornic, réunissant près de 280 participants. Le point avec Valérie Desveaux, présidente de la Fédération du Bâtiment de Loire-Atlantique.

Une trentaine de bateaux, soit près de 380 personnes, ont participé à l’édition 2022 de la régate. ©C. MARION

Une trentaine de bateaux, soit près de 380 personnes, ont participé à l’édition 2022 de la régate. ©C. MARION

Quel est votre prochain temps fort ?

Valérie Desveaux, présidente de la FFB 44.©B. LACHENA

Valérie Desveaux, présidente de la FFB 44.©B. LACHENAL

Les 22 et 23 septembre, le Baticlub Atlantique, club des partenaires de la Fédération du Bâtiment de Loire-Atlantique (FFB44), organise sa régate annuelle à Pornic, la Baticup Atlantique. C’est en quelque sorte la régate de tous les acteurs du bâtiment pendant deux jours. C’est à la fois un défi sportif qui requiert beaucoup de cohésion d’équipe, de stratégie et d’organisation, mais également un moment de convivialité. Bref, les valeurs de la FFB et de ses adhérents.

 

Sur quel type de navire se déroule la régate ?

Sur des voiliers Grand Surprise. Ce sont des monocoques monotypes de 9,54 mètres de long. Tous sont préparés à l’identique pour s’affronter à armes égales : voiles, carènes, gréement, accastillage… À la barre de chaque navire, un skipper professionnel permet de naviguer en toute sécurité et rend la course accessible à ceux qui n’auraient pas le pied marin ou qui débuteraient la voile.

Chaque équipage est constitué de 14 personnes maximum, sept équipiers pour la régate du vendredi, et sept autres pour celle du samedi. Le classement fait qu’il y a à la fois un peu de challenge et de concurrence entre nous, tout en restant très bon enfant. Et il y a toujours de grosses surprises à l’arrivée !

La régate se déroule sur des voiliers Grand Surprise, des monotypes de 9,54 mètres de long tous sont préparés à l’identique. ©C. MARION

La régate se déroule sur des voiliers Grand Surprise, des monotypes de 9,54 mètres de long tous sont préparés à l’identique. ©C. MARION

Qui peut y participer et combien avez-vous d’inscrits cette année ?

La régate est ouverte à la fois aux entreprises adhérentes de la FFB44 mais également à tous nos partenaires du monde de la construction ou de l’immobilier, membres du Baticlub Atlantique.

Pour cette édition, nous avons près de 25 équipages engagés, soit environ 280 participants attendus. Le tarif, de 4 900 € par bateau, comprend la location du navire avec son skipper professionnel, la régate sur deux jours, les repas des équipiers ainsi que les deux soirées festives.

Sur la ligne de départ, il y aura des bateaux de partenaires, d’entreprises adhérentes, mais la majorité seront des bateaux issus de nos sections professionnelles. Les couvreurs, par exemple, auront leur bateau. Tout comme les plâtriers, les menuisiers…

Pour cette édition, nous avons près de 25 équipages engagés, soit environ 280 participants attendus.

Pour cette édition, nous avons près de 25 équipages engagés, soit environ 280 participants attendus. C.MARION

Quels sont bénéfices pour les participants ?

C’est d’abord l’occasion de se retrouver à la rentrée, après les congés d’été, pour partager un moment privilégié en mer, goûter au plaisir d’un challenge en équipe ou rencontrer des partenaires et des clients. On y fait des rencontres, on découvre de nouveaux adhérents… C’est aussi un prétexte pour passer de bons moments ensemble, avec deux soirées festives organisées sous un chapiteau situé sur le port de Pornic. Le vendredi soir, c’est la soirée des équipages, avec crêpes et concert de l’orchestre vendéen All Access. Le samedi, c’est la soirée de clôture de la régate avec remise des prix et cocktail dinatoire.

Nous tenons beaucoup au fait que ce soit un moment convivial. C’est d’ailleurs pour ça que les partenaires reviennent édition après édition et sont de plus en plus nombreux.

Cet événement sera-t-il aussi un prétexte pour évoquer l’actualité du secteur ?

Oui, car au-delà du réseautage, la Baticup Atlantique nous permet aussi d’aborder nos activités hors du cadre habituel de travail. Par exemple, certains de nos collègues rencontrent des difficultés en ce moment, avec la crise du logement neuf. La régate sera forcément l’occasion de leur remonter le moral et d’essayer d’instaurer des actions de solidarité entre adhérents.

L’événement a-t-il une vocation solidaire ?

Effectivement, c’est une tradition depuis trois ans : tous les équipages qui terminent sur le podium reversent leur prix à des associations pour leur offrir un coup de pouce financier. L’an dernier, CMR (1er prix) et le bateau des Carreleurs (3e prix) ont remis respectivement un chèque de 1 500 et 500 € à “L’Outil en Main”, une association qui a pour but d’initier les jeunes, dès 9 ans, aux métiers manuels, de l’artisanat et du patrimoine. L’entreprise EDF (2e) a quant à elle remis son chèque de 1 000 € à l’association les “Locaux Moteurs”, qui vise à lutter contre la précarité énergétique, en facilitant l’accès aux différents dispositifs liés à la rénovation de l’habitat.

Cette édition 2023 sera la douzième de la régate.©C.MARION

La fédération soutient-elle d’autres initiatives en lien avec le sport ?

Oui, notamment des athlètes de haut niveau du territoire, dont un équipage rencontré lors d’une précédente édition de la régate. Il s’agit d’Émile Amoros et Lucas Rual, deux skippers du club nautique de Pornic qui préparent leur qualification pour les Jeux Olympiques 2024. Ce sont deux jeunes passionnés enthousiasmants, avec la tête bien faite, qui communiquent très bien sur leur préparation.

On a dans un deuxième temps décidé d’apporter aussi notre soutien au handisport. Nous sommes ainsi entrés en contact avec le pongiste nantais Gilles de La Bourdonnaye, le président de la Team 303, une association créée en 2015 pour aider financièrement les para-athlètes de la région des Pays de la Loire qui sont dans la course à la qualification pour les prochains Jeux Paralympiques (JP).

Comment fonctionne ce soutien ?

La fédération invite ses adhérents à aider financièrement ces sportifs. Pour 1 € donné par une entreprise, la fédération donne aussi 1 €. L’idée, c’est de se challenger et essayer de récolter un maximum de fonds en créant un effet levier pour soutenir ces athlètes locaux, qui seront les étendards de la région lors des JO et JP de Paris 2024.

 

En pratique – Plus d’informations sur Baticlub44.fr/baticup-atlantique/

 

« UNE Régate qui mixe le côté Sportif, festif et bon enfant »

©DR

Jean Verneyre, président du directoire d’Abalone France, spécialiste des ressources humaines basé à Saint-Herblain : « Ce que j’ai retenu de ma première participation, c’est la convivialité de l’événement, qui colle parfaitement avec l’image du bâtiment. Une régate qui mixe à la fois le côté sportif, festif et bon enfant. La plupart des participants sont des pratiquants aguerris, ce qui fait que tout le monde se prend vite au jeu de la course… Ça amène un état d’esprit de compétition sans pour autant se prendre trop au sérieux.

Chaque partenaire qui réserve un bateau y amène ses clients. Dans le feu de l’action, on discute de choses et d’autres et tous les sujets professionnels en font partie. Ça nous permet de tisser des relations plus étroites avec nos partenaires pour mieux cerner leurs besoins et les servir derrière. Car dans notre secteur, plus on se connaît, mieux on travaille ensemble. »