Couverture du journal du 27/11/2020 Consulter le journal

Attractivité : la qualité plutôt que la quantité

Faisant le bilan de son action depuis le début de l’année, l’agence Nantes Saint-Nazaire développement, qui a pour mission d’attirer sur le territoire des entreprises exogènes, se félicite de sa stratégie sélective.

« Nous enregistrons à ce jour 40 projets aboutis depuis le début de l’année » : pour Fabrice Joubert, directeur adjoint de l’agence Nantes Saint-Nazaire développement, l’attractivité du territoire ne se dément pas. « Notre stratégie de prospection porte ses fruits et les entreprises de nos filières cibles qui n’avaient pas mis Nantes ou Saint-Nazaire dans leurs écrans radar s’intéressent désormais au territoire ». 

Cette stratégie de prospection « maîtrisée » privilégie désor­mais le qualitatif au quantitatif, cible des entreprises à haute valeur ajoutée et en cohérence avec les filières stratégiques définies par l’agence (numérique, santé, industrie du futur, nautisme et industries culturelles et créatives). Sur les 40 projets qui ont émergé, 17 se positionnent ainsi dans la filière numérique, 4 dans les ICC, 4 dans les EMR, 4 dans l’alimentaire et 3 dans la santé. 

Parallèlement, l’agence cible aussi de plus en plus les entreprises à impact positif, offrant du sens pour le territoire et les citoyens. « On va être de plus en plus pointilleux », prévient Fabrice Joubert.

La nouveauté, c’est que ces implantations se traduisent moins en transfert d’activité qu’en développement. « Ce n’est pas un choix, mais c’est une tendance qui nous va bien car elle a un impact positif sur l’emploi local », commente Fabrice Joubert. 

 

900 créations d’emploi d’ici trois ans

Dans une période où le chômage risque de redevenir un sujet d’actualité, cette dynamique s’avère, de fait, plutôt la bienvenue… D’autant qu’un certain nombre de ces entreprises ont des projets de recrutement : au global 900 créations d’emplois sont ainsi annoncées à horizon trois ans. Mieux, « dans 90% des cas, les entreprises se montrent prudentes et recrutent finalement plus qu’elles ne l’annoncent, voire sensiblement plus », se réjouit le directeur adjoint de l’agence de développement.

La fin de l’année, elle, est regardée sans inquiétude : « Nous avons de très beaux projets en cours, notamment dans le secteur des EMR, avec des entreprises leaders dans leur domaine et à forte notoriété qui viendront compléter la chaîne de valeur », promet Fabrice Joubert.


Zoom sur quelques-unes des entreprises qui ont choisi le territoire depuis le début de l’année…

SANTÉ

  • Doctolib

C’est le poids lourd de ce début d’année. Le leader européen de la prise de rendez-vous médicaux en ligne a choisi Nantes pour son nouveau siège régional. Fléchée par l’agence de développement il y a deux ans, son approche en amont a permis au territoire d’avoir un coup d’avance au moment de la concrétisation du projet de développement régional
du groupe. Loin d’avoir pâti de la crise sanitaire, Doctolib a profité du confinement pour déployer son activité de téléconsultation. Les 200 emplois du siège régional devraient donc être suivis sans problème d’au moins 300 autres d’ici trois ans.

Avec l’implantation d’un siège régional à Nantes, Doctolib compte recruter 500 personnes d’ici trois ans. – ©Doctolib
  • Alan

Alan propose une offre de complémentaire santé 100%
digitale aux entreprises. Elle est membre de l’indice Next 40 qui regroupe les 40 entreprises françaises à fort potentiel. Nantes constitue sa première implantation en région.

  • Timkl

Filiale du groupe pharmaceutique mondial Roche, Timkl est une start-up qui développe des services d’accompagnement destinés aux patients atteints de maladies chroniques. Partant du constat que 60% de ces malades ne suivent pas bien leur traitement, la plateforme souhaite faciliter la vie quotidienne de ces patients, en lien avec les professionnels de santé de proximité. Via l’ouverture d’une agence à Saint-Herblain, l’entreprise annonce la création d’une dizaine d’emplois.

ALIMENTAIRE

  • API Restauration

Ce groupe de restauration collective lillois se définit comme « cuisinier responsable », favorisant les circuits courts. Il rejoint le pôle agroalimentaire Nantes Agropolia en créant une direction régionale. 25 emplois devraient émerger.

API Restauration annonce vouloir recruter 25 personnes à Nantes. ©API Restauration
  • Terre exotique

Terre exotique se positionne dans le spectre des filières émergentes avec son activité de commerce de gros équitable. Ce spécialiste des poivres et des épices du monde s’est installé en ZFU à Saint-Nazaire et travaille avec l’association Wind Ship, réseau français regroupant les acteurs de la
filière de la propulsion par le vent afin d’importer ses épices par bateau à voile.

EMR

  • Endiprev

Spécialisée dans l’installation, la mise en service et la maintenance de parcs éoliens, cette entreprise portugaise a créé une filiale française à Nantes. Misant sur le développement des projets dans l’Hexagone, cette ouverture doit permettre de simplifier la logistique des projets futurs et d’être plus réactif au niveau local.