Couverture du journal du 22/10/2021 Consulter le journal

[ Nantes ] Le plan des acteurs de la Tech pour trouver leurs talents

À Nantes, la filière du numérique fait face à une pénurie de compétences. Nantes Saint-Nazaire Développement, la FrenchTech Nantes et La Cantine numérique se sont alliés à une quinzaine d’entreprises pour lancer le dispositif « Un job à Nantes #Tech ».

tech

© D. R.

Chasseurs de tête sur les réseaux sociaux, débauchage… Depuis deux ans, la bataille des compétences fait rage dans le secteur du numérique. « Un phénomène national, qui n’est pas propre à Nantes », observe Francky Trichet, vice-président de la métropole en charge du numérique.

Ce manque de talents freine la croissance des entreprises, en particulier des start-up, dans un contexte où la filière numérique nantaise est arrivée à maturité. Nantes est aujourd’hui troisième en termes d’emploi après Paris et Lyon avec 28000 salariés.

« 10 000 emplois ont été créés en sept ans, rappelle Fabrice Roussel, premier vice-président de la métropole en charge du développement économique. Et le nombre d’entreprises est aussi en progression.» La filière entrevoit une potentialité d’un millier d’emplois à venir. Ainsi, Doctolib (250 personnes à Nantes) programme une vingtaine de recrutements par mois cette année, quand iAdvize (220 salariés) compte une quarantaine de postes à pourvoir dans les prochains mois. Le métier de développeur est le plus recherché mais d’autres postes techniques sont aussi concernés par la pénurie. Chef de projet, designer… Les besoins se situent surtout sur des postes senior « car on ne peut pas faire tourner une boîte qui se lance avec uniquement des personnes inexpérimentées », témoigne Anaïs Vivion, présidente de FrenchTech Nantes et dirigeante de BeApp.

JOUER SUR L’ATTRACTIVITÉ

Pour appâter les meilleurs, les acteurs de la Tech nantaise ont donc choisi de s’allier. Nantes Saint-Nazaire Développement, La Cantine numérique et French Tech Nantes ont mis au point, avec une quinzaine d’entreprises digitales du territoire, un programme intitulé « Un job à Nantes #Tech ». Avec deux axes de travail : la notoriété et la mise en relation entreprises/ candidats. Sur la notoriété, il s’agit d’accroître encore l’attractivité de la métropole. Un compte spécifique a été créé sur Twitter et LinkedIn, intitulé « Un job à Nantes ». Des publireportages sont également prévus dans des publications lues par le milieu de la Tech telles que Maddyness. Et l’arrivée des nouvelles recrues va être facilitée via un partenariat entre Nantes Saint-Nazaire Développement et la plateforme de mobilité professionnelle Switch Up (accompagnement à l’installation, aide à la recherche de logement, de crèche, d’un emploi pour le conjoint…).

JOB DATING EN LIGNE ET ÉVÉNEMENTIEL DÉCALÉ

Côté mise en relation, deux job dating en ligne sont prévus. Le premier sera organisé en novembre. «Le digital, c’est le domaine de nos candidats et nous souhaitons attirer des talents venant de partout », explique Francky Trichet. Le programme entend aussi créer, en 2022, une rencontre en marge d’un « événement culturel emblématique » et qui attire nombre de salariés du secteur, tels que le Hellfest ou encore les Utopiales… Les entreprises qui participent à la démarche bénéficieront également d’une réduction pour adhérer au media de recrutement WelcomeToTheJungle. Pour l’instant, une vingtaine d’entreprises ont rejoint le dispositif : BeApp, AlloVoisins, Akeneo, O°Code, D-Vine, Doctolib, Easilys, Gens de confiance, EP, Guest Suite, iAdvize, Jloo, Lengow, Lucca, Listo Paye, Odiwi, Teester, Stampyt et Shopopop. Mais l’idée est de rassembler le plus d’entreprises possible. 2 500 structures du territoire pourraient potentiellement participer.

JUSQU’À 6 500 € L’ADHÉSION

L’opération coûte au total 500 000 €. Elle est financée pour moitié par les partenaires institutionnels, l’autre moitié par les entreprises qui s’engagent. L’adhésion est comprise entre 1500 et 6 500 € selon le type et la taille de l’établissement. Un dispositif attractif pour Yann Person, président de La Cantine numérique, qui rappelle que «le coût d’un recrutement pour un développeur est compris entre 8000 et 15 000 € ».

 

Les engagements des entreprises

Adhérer au dispositif « Un job à Nantes » implique plusieurs engagements pour les entreprises : participer aux préparations des événements, alimenter et partager les contenus des réseaux sociaux, transmettre des verbatim pour les articles…

Renseignements : Carine Menier Broine, carine.menier-broine@nantes-saintnazaire.fr et Lise Thebault lise@lacantine.co