Couverture du journal du 30/09/2022 Consulter le journal

Transition en douceur chez Bâti 85

Le constructeur vendéen de maisons individuelles a désormais un nouveau dirigeant. Régis Gautier, fondateur de Bâti 85 en 1983 a passé la main à Thomas Delahaye. Ancien directeur de sociétés du bâtiment, le jeune dirigeant veut poursuivre l'activité dans la lignée de son prédécesseur.

Thomas Delahaye, BATI 85

Thomas Delahaye, président de Bâti 85 © DR

C’est un changement de génération en douceur qui s’opère chez Bâti 85. Thomas Delahaye, 41 ans, vient de reprendre la société Bâti 85 à son fondateur. À 72 ans, Régis Gautier souhaitait passer la main.

Créée en 1983, Bâti 85 et ses deux sociétés soeurs, Bâti construction et Bâti construction 44, forme un ensemble de 80 salariés pour un chiffre d’affaires d’environ 20 M€. Le groupe vendéen, dont le siège est basé à Saint-Hilaire-de-Riez, est spécialisé dans la conception, construction et commercialisation de maisons individuelles sur-mesure. La société familiale cultive sa singularité dans un secteur dominé par la sous-traitance : Bâti 85 salarie en effet tous ses maçons et ses menuisiers, soit environ 45 compagnons. Seul le second œuvre est sous-traité, mais à un réseau d’artisans fidèles.

Développer le périmètre

Connaissant le sérieux de l’entreprise pour avoir été son partenaire sur de nombreux chantiers, Thomas Delahaye n’a pas hésité quand il a appris que le fondateur cherchait un repreneur. Ancien cadre dirigeant de sociétés du bâtiment dont Edycem (groupe Herige) et Algimouss, il entend faire perdurer et développer ce savoir-faire. À l’occasion de l’opération, Christine Roul, directrice générale de la société, a pris des parts minoritaires au capital de la société familiale où elle entrée il y a 20 ans. Le duo va s’employer à développer la société vendéenne.

Réalisations de Bâti 85 (c) DR

Le groupe produit 150 maisons par an sur un périmètre Vendée et Loire-Atlantique que le repreneur compte développer progressivement.

Une évolution tranquille du métier

« J’ai des idées neuves, mais il ne s’agit pas d’aller plus vite que la musique, affirme le nouveaux dirigeant. Nous ne sommes pas de la même génération mais nous partageons un socle commun de valeurs. »

Pour le nouveau dirigeant, une évolution tranquille du bâtiment va s’opérer sous les contraintes réglementaires de la RE 2020. « Nous sommes prêts et nos solutions constructives sont déjà conformes à la réglementation. Mais ces évolutions constructives vont nous rendre de plus en plus performant en terme environnemental, indique-t-il. À l’avenir, la préfabrication sera plus répandue et une industrialisation plus forte du bâtiment permettra d’optimiser encore l’impact carbone de nos réalisations, d’améliorer la qualité et de réduire les délais, prédit Thomas Delahaye. Les matériaux aussi vont évoluer. Le bâtiment utilisera plus de matériaux biosourcés, plus de béton décarboné, plus de mixte bois béton ».

Développer le vecteurs numériques

Il y a aussi à faire dans la relation client. « Les gens comparent beaucoup les sociétés avant de se décider. Nous allons développer l’usage des vecteurs numériques pour nous faire mieux connaître et reconnaître mais aussi faire vivre des expériences plus riches à nos clients avant la remise des clés ». Le dirigeant compte aussi développer les outils numériques pour mieux communiquer à l’interne et faire partager son projet aux hommes et aux femmes qui constituent le groupe Bâti 85.