Couverture du journal du 27/05/2022 Consulter le journal

Les Vendéens bientôt tous en selle ?

1 800 kilomètres de pistes cyclables maillent le territoire vendéen. Pionnier dans la réalisation de pistes à visées touristiques, le département a labellisé 200 acteurs de la filière, loueurs, réparateurs, hébergeurs. Et prépare, en concertation avec les entreprises, un schéma départemental pour mettre en selle les Vendéens pour leurs déplacements du quotidien.

Velodyssée 2013, Vendée

Baie de Cayola © A. Lamoureux

Les voyageurs en vélo sont des clients de choix. Selon l’étude d’impact économique menée par le gouvernement, l’Ademe et la Fédération française du cyclisme, ils consomment 68 € par jour contre 55 € pour les autres voyageurs. Les collectivités locales l’ont bien compris et investissent massivement pour aménager leurs réseaux. La Vendée, qui mène une politique volontariste forte depuis 25 ans, compte 1 800 kilomètres de pistes cyclables dont 350 kilomètres en sites propres, se positionnant comme l’un des premiers réseaux cyclables de France. En 2021, le Département a enregistré 1,2 million de passages sur les pistes vendéennes. Elle partage notamment 220 kilomètres avec la Vélodyssée qui relie la Bretagne au Pays Basque, connue pour être le champion des retombées économiques avec un chiffre d’affaires annuel de 80 000 € par kilomètre.

70 € PAR JOUR ET PAR CYCLISTE

L’étude d’impact menée avant la crise sanitaire par Vendée expansion, en charge de la promotion touristique du territoire, a dévoilé de son côté une dépense moyenne de 70 € par jour par personne empruntant le tronçon vendéen, soit 23,6 M€ en un an. Cette manne profite en premier lieu aux hébergeurs et aux restaurateurs, mais aussi aux commerces locaux et aux sites touristiques. Pour faire le point sur ces opportunités, la Société d’économie mixte a réuni, fin février, l’ensemble des acteurs de la filière lors des quatrièmes Rencontres du tourisme à vélo en Vendée. Loueurs, vendeurs de cycles, hébergeurs et sites de visite, le vélo à visée touristique compte à ce jour 200 prestataires labellisés Accueil vélo. Déployé en Vendée depuis 2013, ce label national de qualité est accordé aux acteurs qui s’engagent et mettent en œuvre des équipements et des services spécifiques pour les cyclistes. Ils bénéficient ainsi d’une plus grande mise en avant sur les cartes touristiques.

La Vendée compte 1 800 kilomètres de pistes cyclables dont 350 kilomètres en sites propres.

DÉVELOPPER LE VÉLO AU QUOTIDIEN

Mais si le tourisme à vélo est en nette croissance et a de fortes retombées économiques, la pratique quotidienne du vélo n’est pas encore rentrée dans les mœurs en Vendée. « Ce n’est pas le moyen de locomotion privilégié », reconnaît Thomas Perrocheau, conseiller départemental délégué à la politique vélo. Et pour cause, le département est essentiellement constitué de territoires rurbains où il est moins évident de se déplacer à vélo que dans les grandes villes faute d’une continuité des pistes entre les communes. « C’est un véritable enjeu, tant du point de vue économique que pour diminuer l’impact carbone des déplacements du quotidien dont la majorité ne dépassent pas 5 km », argue l’édile. Selon l’étude du gouvernement, en France, les retombées économiques directes des usages du vélo sont estimées à 9,6 Mds€ par an et à près de 80 000 emplois… avec seulement 3 % de part modale.

UN PLAN VÉLO DÉPARTEMENTAL À LA FIN 2022

Le gouvernement veut porter la part du vélo dans les déplacements quotidiens de 3 % à 9 % en 2024. « Nous n’y serons pas, mais on y travaille avec les communes et les entreprises », affirme le conseiller départemental. Tirant partie de son vaste réseau, la Vendée veut « développer la mobilité cyclable du quotidien en insufflant une vraie culture du vélo en Vendée ». Le Département va plancher en 2022 sur l’élaboration d’un plan vélo avec les entreprises et les collectivités. Le travail portera notamment sur le recensement des besoins autour des zones économiques, des écoles et des centres de formation qui concentrent les plus grands flux de déplacements. « Il s’agit d’accroître l’appétence des salariés pour le vélo en développant des abris à vélo ou des douches », indique le conseiller départemental. Et le cas échéant, s’il y a des trous dans la raquette, nous pourrons proposer des aides pour l’acquisition de vélos à assistance électrique », ajoute Thomas Perrocheau. Le plan vélo de Vendée devrait être présenté à la fin 2022.

 

Vendée grand littoral fait du vélo une priorité

La communauté de communes Vendée grand littoral n’a pas attendu le Département pour adopter un plan vélo. Son schéma directeur adopté pour la période 2021-2026 vise à bâtir un réseau cyclable pertinent, continu et sécurisé pour favoriser la pratique du vélo par les habitants et les touristes. « Le vélo est au croisement de plusieurs enjeux d’avenir : la transition énergétique et l’attractivité touristique. Aussi, nous avons fait le choix d’investir fortement pour le développer », indique Maxence de Rugy, président de la communauté de communes et maire de Talmont-Saint-Hilaire.

Près de 240 km de préconisations d’aménagements et 49 itinéraires à développer ont été identifiés, dont 22,5 km de voies vertes, 32,6 km de pistes cyclables et 4,6 km de bandes cyclables *. Le montant de l’investissement est estimé à 1,6 M€ pour les aménagements relevant directement de la communauté de communes. Soit 52 km d’itinéraires qualifiés de « très structurants ». La majeure partie des interventions concerne des dispositifs de routes partagées utilisant des voiries secondaires à faible trafic. Et pour inciter les habitants à enfourcher une bicyclette, une prime (jusqu’à 300 €) a déjà été instaurée en 2019 pour l’achat d’un vélo à assistance électrique. À ce jour, 378 habitants de 18 à 92 ans ont reçu cette prime.

*Les bandes cyclables se trouvent sur la chaussée. Les pistes cyclables sont isolées des autres usagers. Elles sont installées sur les trottoirs ou bien surélevées par un terre-plein.