Couverture du journal du 30/09/2022 Consulter le journal

Le stade de la Beaujoire en pleine mue

Les événements d’envergure internationale qui attendent le stade de la Beaujoire à Nantes rendent nécessaire toute une série de travaux, avoisinant les 15 M€.

Stade de la Beaujoire

Vue aérienne. Stade de la Beaujoire @ Jean-Félix Fayolle; Commande publique de la DGDCS (Direction Générale Déléguée à la Cohésion Sociale) Nantes Métropole. Pôle Sport

Coupe du monde de rugby 2023, matchs de football à l’occasion des Jeux olympiques de 2024, Ligue Europa… Si le stade de la Beaujoire s’apprête à accueillir des événements sportifs de grande ampleur, les exigences des organismes internationaux nécessitent d’importants aménagements de mise à niveau. Actés par délibération en décembre 2020 et pris en charge financièrement par Nantes Métropole, propriétaire du stade, les travaux ont démarré en janvier dernier et doivent s’achever à l’été 2023. En prévision de la Coupe du monde de rugby, ce sont 10 M€ qui ont été alloués, dont 2 M€ pour la nouvelle pelouse. À cela s’ajoute 4,5 M€ de travaux d’entretien durable du stade, qui comprennent notamment la création d’une passerelle, déjà construite, sécurisant l’accès des supporters visiteurs entre le parking et le stade, ou bien la rénovation des sanitaires, en particulier pour le public féminin et les personnes à mobilité réduite.

UN GAZON FLAMBANT NEUF

Avec une pelouse qui datait de 2001, une réfection devenait pressante, ainsi qu’un agrandissement de ses dimensions pour satisfaire au cahier des charges de la Coupe du monde de rugby. Les espaces de dégagement aux abords de l’aire de jeu sont ainsi en terrain synthétique plus amortissant, composé de liège et de sable. C’est la société Sportingsols, basée en Vendée, qui a été missionnée pour la réfection et qui assurera aussi l’entretien, pris en charge la première année par la métropole. Les travaux ont dû être menés en un temps record, entamés fin mai et achevés début août, pour une pelouse opérationnelle dès le premier match à domicile de la saison du FC Nantes, le 12 août. Autres nouveautés dans l’enceinte : la suppression de plots en béton en pied de tribunes, le remplacement de toutes les mains-courantes, l’ajout de barrières destinées à empêcher les intrusions ou encore la mise en place d’un système de récupération des eaux de drainage, une expérimentation inédite qui permettra d’analyser ces eaux pour une réutilisation future.

UNE NOUVELLE BILLETTERIE PRINCIPALE

Écrans géants plus grands, cabinet médical, local anti-dopage : plusieurs aménagements demandés par les organisateurs de la Coupe du monde de rugby sont déjà finalisés.

Autre très gros chantier, qui va bouleverser la physionomie de l’entrée du stade : la réalisation d’une nouvelle billetterie principale accompagnée d’un dispositif de contrôle de l’accès au stade, destiné à faciliter l’accès et la gestion des entrées et de l’installation d’une nouvelle clôture d’un kilomètre autour de l’enceinte (6 M€). Devant le stade, le futur bâtiment de 400 m2 qui aura à son rez-de-chaussée la billetterie et à l’étage des bureaux pour le personnel administratif du FC Nantes doit être livré en mai 2023.

DES ADAPTATIONS POUR L’UEFA

Si la plupart des travaux étaient déjà prévus pour la Coupe du monde de rugby et les JO de 2024, la qualification du FC Nantes en Ligue Europa a nécessité adaptation et accélération, en particulier pour la billetterie. Après un audit en juin dernier, l’UEFA avait notamment pointé l’absence de tourniquets pour le contrôle des titres, celui-ci s’effectuant toujours via des “douchettes“, petits équipements électroniques de scan des billets. Pour se mettre en conformité avec les exigences de l’UEFA dans cette période transitoire, le stade de la Beaujoire a donc loué 34 tourniquets, un nombre insuffisant pour tout un stade mais que compléteront, grâce à une dérogation auprès de l’UEFA, les douchettes. En attendant des tourniquets définitifs pour la Coupe du monde de rugby prévus pour le mois de mai 2023. En plus de la création de la billetterie et de cette zone de contrôle d’accès provisoires, l’instance dirigeante du football européen a aussi demandé la création d’un studio TV, lui aussi provisoire, ainsi que, dans les tribunes, l’extension de l’espace visiteurs (5 % de la jauge du stade).

« Sans tous ces travaux, aucun des événements ne pourrait avoir lieu. Tout le monde va en bénéficier, à la fois les événements et le club », confirme Ali Rebouh, vice-président de la Métropole en charge du sport de haut niveau et des équipements sportifs, qui espère par ailleurs que Nantes sera retenue pour accueillir des matchs de l’Euro féminin de football, en 2025.