Couverture du journal du 22/10/2021 Consulter le journal

Le tourisme d’affaires, une filière au cœur du développement de la Vendée

La Vendée a ouvert le 30 septembre son nouveau site dédié au tourisme d'affaires rassemblant en un seul endroit toute l'offre du département. Avec l'objectif affiché de renforcer cette activité, qui représente déjà 43% des nuitées hôtelières, et de faire vivre les structures à l'année.

Membres de la filière Tourisme d'affaires-Vendée

Vendée Tourisme anime depuis 2013 la filière tourisme d’affaires. Elle compte plus de 60 acteurs partenaires ©Vendée tourisme

Touché de plein fouet par la crise sanitaire, le tourisme d’affaires repart en Vendée avec le report au deuxième semestre 2021 des événements et salons qui n’ont pu se tenir en 2020. Conséquence, les sites réceptifs, qui ont perdu 70% de leur activité en 2020, constatent une reprise prometteuse en septembre. « Nous manquons de recul et de visibilité pour dresser un bilan de la saison du tourisme d’affaires 2021, indique Karen Alletru, directrice de Vendée tourisme. Mais la tendance est pour l’instant à des réunions en plus petit comité et sur des durées plus courtes. Et les réservations se font à la toute dernière minute ». Pour relancer l’activité, Vendée tourisme qui anime la filière tourisme d’affaires depuis 2013, met les moyens avec l’assurance que l’offre vendéenne correspond aux nouvelles aspirations des entreprises : des lieux ouverts sur la nature, loin de la foule, entre bocage, marais, littoral, îles et forêt avec des activités de plein air, faciles d’accès, et des infrastructures proposant sur le même site ou sur un périmètre restreint salles de réunion, hôtellerie, restauration et loisirs.

Le Mice, un enjeu pour la Vendée

Fort de ces atouts, les nuitées hôtelières d’affaires sont en constante évolution en Vendée. En 2019, 668 409 nuitées d’affaires ont été comptabilisées. Il s’agit de la meilleure année pour le département avec une hausse de plus de 3 % par rapport à 2018. Elles représentent déjà 43% des nuitées hôtelières*. La Vendée est  le département qui connaît la plus forte évolution au sein de la région Pays de la Loire avec une hausse de près de 60 % entre 2011 et 2019.  Véritable enjeu pour le département dont le tourisme représente 15% du PIB et la première activité économique, le tourisme d’affaires, qui inclut séminaires et congrès (dit Mice), permet de faire vivre à l’année les infrastructures touristiques et de remplir les hôtels en basse saison. Avec un pic d’activité en mai et juin et septembre et octobre.

*Source : Enquête de fréquentation touristique, Insee-Dge, ORT et ses partenaires

Vendée tourisme accompagne la relance de l’activité

Depuis 2017, Vendée tourisme, la marque de Vendée Expansion, Saem de développement économique sous l’égide du conseil départemental, a doublé son budget de communication afin d’inscrire cette filière au cœur de sa stratégie de développement et accroître la notoriété de la destination. « Pour la Saem, c’est une filière à part entière avec ses actions de promotion dédiées, de prospection ciblées et ses propres outils », résume sa directrice. Elle dispose de son propre service de réservations, d’une newsletter spécifique et vient de lancer un site dédié, www.vendee-congres-seminaires.com. Ce nouveau site, qui a ouvert le 30 septembre, rassemble en un même lieu toutes les propositions du département. On y trouve des idées pour réaliser des séminaires, des opérations de team building, des congrès. Il est assorti d’un moteur de recherche affinitaire pour composer son menu à la carte avec les différents opérateurs du département. Plus de 60 acteurs du tourisme vendéen y figurent référencés et audités par Vendée tourisme pour répondre aux exigences de la clientèle affaires. Sa mise en ligne s’accompagne d’une campagne sur les réseaux sociaux LinkedIn et Facebook, ainsi que d’une web série  « Votre événement en Vendée ». La web-série composée de 8 épisodes est à découvrir chaque lundi sur Youtube.

Le Puy du Fou congrès veut doubler l’activité Mice

Les professionnels surfent sur la vague. Ils investissent pour solliciter et répondre à ces nouvelles aspirations. Figure de proue en Vendée, le Puy du Fou veut doubler rapidement le chiffre d’affaires de Puy du Fou congrès, la filiale dédiée au tourisme d’affaires (8 salariés permanents). Cette activité lancée modestement il y a quinze ans, représente déjà 3,3 M€ de chiffre d’affaires, soit 5 % du chiffre d’affaires global de la société. L’activité devrait connaître un nouvel essor avec l’ouverture en 2020 du premier espace entièrement consacré aux événements d’entreprises, congrès, séminaires et salons. Le Puy du Fou y a consacré une enveloppe de 10 M€. Baptisé Le Théâtre Molière, ce centre des congrès de 3 500 m2 offre, dans un décor de style Louis XIV, un auditorium de 500 places. Ainsi que 11 salles modulables permettant d’accueillir plus de 500 personnes assises, « le cœur de la demande », assure David Nouaille, directeur marketing et communication du Puy du Fou. Situé en dehors du parc, il est ouvert toute l’année. Après un démarrage laborieux à cause du Covid et du télétravail, « le théâtre Molière va donner sa pleine puissance en 2022 », espère David Nouaille, Puy du Fou congrès qui accueille 220 manifestations professionnelles par an, assure que l’automne 2021 est excellent et enregistre déjà une croissance de 40 % des réservations pour 2022.

Le parc a aussi porté sa capacité hôtelière à 500 chambres (2.500 lits) avec l’ouverture d’un sixième hôtel, baptisé le Grand siècle, assorti d’un restaurant de 500 couverts (20 M€ d’investissement). « Nous sommes désormais l’un des rares sites en France à proposer une telle capacité d’accueil de manifestations professionnelles », résume David Nouaille. Et le parc multiplie les initiatives pour étonner sa clientèle désormais nationale. Profitant du covid, l’équipe des congrès a imaginé un jeu d’énigme sur tablette. Personnalisable aux couleurs de l’entreprise, il se joue entre collaborateurs et se déroule dans les décors du Parc du Puy du Fou, qu’il soit ouvert ou fermé.

Les jardins de l’Atlantique investissent 4 M€

De son côté, les Jardins de l’Atlantique, engage en 2022 une vaste campagne de travaux sur deux ans. Si la décoration est régulièrement revue pour coller au goût du jour, l’hôtel club trois étoiles de Port Bourgenay s’attaque cette fois à la réfection de ses 137 chambres (350 lits). Elle s’accompagne d’un changement des ouvertures, de la réfection des façades et de l’adaptation des accès aux personnes à mobilité réduite. L’établissement du groupe Vacances Bleues y consacre un budget de 4 M€. Conçu dès son origine pour accueillir séminaires et congrès, il dispose sur 12 000 m2 de 1 500 m2 d’espaces de réunion avec une pleinière de 500 m2 et 15 salles de réunion pouvant accueillir de 10 à 100 personnes, d’un restaurant, de cours de tennis et de squash, d’un mini bowling, et d’un centre aquatique avec deux piscines, sauna et hammam. L’hôtel club emploie 50 salariés permanents et jusqu’à 110 en haute saison et réalise un chiffre d’affaires annuel de 5 M€ dont 40% pour l’activité séminaires. « C’est pour l’hôtel, une activité pérenne », assure Clément Floriot, coordinateur Mice du groupe Vacances Bleues.

Up2Play vise 25% de son chiffre d’affaires avec le tourisme d’affaires

Même démarche chez Up2Play. Ouvert en avril 2020, le centre de loisirs des Sables d’Olonne coupé dans son lancement par la crise sanitaire, a conçu son modèle économique en misant sur le Mice comme levier de développement. De septembre à juin, hors vacances scolaires, Nicolas Savinzeau, son directeur, compte sur l’activité séminaire et team building pour réaliser 25 % du chiffre d’affaires annuel de l’établissement. Un commercial a spécialement été dédié à la prospection BtoB afin de faire découvrir son offre de loisirs et ses espaces de séminaires et de restauration. Ils peuvent accueillir jusqu’à 150 personnes simultanément.

Quant aux centres des congrès, au nombre de 4 sur le département, ils investissent en permanence pour s’adapter aux nouveaux standards du tourisme d’affaires.

Odyssea investit dans la captation d’images

Après avoir consacré 4,5 M€ à sa rénovation en 2019, Odyssea le centre des congrès de Saint-Jean-de-Monts, inauguré en 1962, a entamé un grand chantier numérique pour s’adapter aux exigences des entreprises. Et programmé une enveloppe de 200 000€ sur 4 ans. « Depuis le confinement, les habitudes ont changé », indique Philippe Le Duault, directeur de la Seml Saint-Jean activités qui pilote le centre des congrès. « Les dirigeants ont pris l’habitude des échanges dématérialisés avec leurs collaborateurs. Aussi, nous nous rééquipons pour être en mesure de faire de la captation vidéo de qualité de leurs événements et pour améliorer la qualité du réseau wifi et de la 4G ». Odyssea améliorera aussi le présentiel en renouvelant la décoration du palais des congrès (5 600 m2). Sur 340 jours d’occupation de l’équipement avec plus de 130 événements par an, les événements professionnels représentent déjà plus de 70% du taux d’occupation et du chiffre d’affaires. Et le chiffre devrait grossir encore. Avec une capacité d’hébergement très importante et avec une proximité de Nantes intéressante, Saint-Jean-de-Monts est très attractif. Odyssea devrait prochainement lancer un salon autour du sport. « Le sport bien-être mais aussi le sport en entreprise », révèle le directeur.