Couverture du journal du 18/06/2024 Le nouveau magazine

Emploi, transition et formation au menu 2024 de la Région

Le 22 janvier dernier, à l’occasion de la cérémonie des vœux de la Région à Nantes, la présidente des Pays de la Loire, Christelle Morançais, a dévoilé ses priorités pour 2024 : elles tourneront autour de la transition écologique, la formation, notamment en donnant un nouveau souffle à la voie professionnelle. Avec un objectif central en ligne de mire : le plein-emploi.

La présidente des Pays de la Loire, Christelle Morançais, a adressé ses vœux, le 22 janvier à Nantes, devant près de 700 personnes. ©NLP-IJ

La présidente des Pays de la Loire, Christelle Morançais, a adressé ses vœux, le 22 janvier à Nantes, devant près de 700 personnes. ©NLP-IJ

C’est devant près de 700 personnalités et élus que Christelle Morançais, la présidente des Pays de la Loire, a tenu, le 22 janvier, sa septième cérémonie de vœux à l’Hôtel de Région de Nantes. De retour du Forum économique mondial de Davos (Suisse) où elle a défendu, sur invitation d’Emmanuel Macron, « la politique énergétique française », la présidente du Conseil régional a ainsi livré ses priorités pour 2024. Parmi elles, l’écologie et bien sûr l’énergie. Christelle Morançais a ainsi défendu « la souveraineté énergétique, avec l’idée de développer nos capacités à produire plus d’énergie pour répondre aux besoins croissants de la population. C’est ce qui nous permettra de devenir une région autonome, durable et exportatrice. Je crois au mix énergétique le plus large possible, autour du pilier central du nucléaire ».

Une petite centrale nucléaire à l’étude à Cordemais

Sur ce point, la présidente de la Région s’est félicitée « d’avoir obtenu d’EDF qu’une étude soit conduite sur la perspective d’implanter, à côté d’autres technologies renouvelables, une petite centrale nucléaire en lieu et place de l’actuelle centrale à charbon de Cordemais. Ne passons pas à côté de l’Histoire. Nous pouvons y inventer un pôle énergétique de référence, qui sera l’occasion de créer sur place de l’activité industrielle ainsi que des emplois qualifiés pour les 100 ans qui viennent. Une chose est sûre : je ne laisserai pas un kilowatt de puissance électrique disparaître de notre territoire. C’est une question de compétitivité, de crédibilité et d’avenir ».

Devenir l’épicentre de l’éolien marin

Christelle Morançais est également convaincue que l’avenir énergétique des Pays de la Loire passera par l’éolien en mer : « La planification de ces nouveaux parcs éoliens marins à l’échelle nationale doit permettre de produire 45 gigawattheures de puissance électrique. Cela représente 40 Mds€ d’investissements et 20 000 emplois nouveaux à la clé. La Région a le devoir de devenir l’épicentre de ce nouveau monde. Nous disposons d’un premier parc français au large de Saint-Nazaire, et bientôt d’un deuxième, au large des îles d’Yeu et Noirmoutier. Je rêve à l’avenir d’accueillir d’autres parcs, en privilégiant les éoliennes flottantes qui sont susceptibles d’être installées très loin des côtes, condition indispensable pour dégager un consensus politique. » Dans cette optique, elle considère le port maritime de Nantes « comme un atout considérable, qui va se transformer en hub d’assemblage des éoliennes ».

La présidente du Conseil régional a ensuite apporté son soutien aux agriculteurs et pêcheurs locaux, en insistant sur le fait « qu’une immense colère monte dans ces deux secteurs sous le poids des règles, des contraintes et des critiques permanentes dont ils font l’objet. Il est grand temps de nous ressaisir collectivement car il n’existe pas d’alternative à l’agriculture et la pêche française. Et s’il y a un combat que nous portons ici à la Région, c’est celui de la souveraineté alimentaire. »

Formation : « Je veux renverser la table »

Évoquant la formation, Christelle Morançais a défendu une vision radicalement différente de notre système actuel : « Je veux renverser la table en partant du besoin de l’entreprise, du poste à pourvoir, de la compétence recherchée et rien d’autre ! » Un moyen de sortir de ce système « qui forme à l’aveugle, faute de mieux, sans très bien savoir sur quoi ça débouche. Notre nouveau modèle de formation est d’aplomb. À nous maintenant de faire la démonstration de son efficacité. C’est pourquoi j’entamerai prochainement une tournée dans nos cinq départements afin de défendre et promouvoir cette nouvelle politique publique. »

Pour clore la cérémonie, la présidente des Pays de la Loire a évoqué la jeunesse : « L’avenir de nos lycées professionnels, qui concerne un lycéen sur trois, est un enjeu majeur. Je veux changer leur image, le regard que l’on porte sur la voie professionnelle et lui donner un nouveau souffle, comme nous l’avons fait pour l’apprentissage. Car l’essentiel est que chaque jeune de la région puisse trouver la voie qui lui correspond et s’épanouir pleinement dans sa formation. »

« Favoriser les rencontres entre jeunes et entreprises »

Cela passera notamment par le renforcement des outils d’orientation des jeunes : « Nous allons accompagner les élèves de 3e et de seconde dans leurs recherches de stage avec une grande campagne de sensibilisation à destination des chefs d’entreprise pour qu’ils s’investissent à leur faire découvrir la réalité du monde du travail. Ces jeunes sont les futurs salariés et chefs d’entreprise de notre région. C’est pourquoi nous déploierons un volet spécial sur la plateforme Nosemploi.fr afin de favoriser les rencontres entre jeunes et entreprises. »

Autant d’initiatives qui visent à « atteindre le plein-emploi », objectif central de Christelle Morançais. « Il faut regarder la réalité en face : aujourd’hui, le challenge n’est plus de trouver des emplois à pourvoir, mais des volontaires pour ces emplois. Le défi, c’est aussi de refuser cette réalité qu’un tiers des demandeurs d’emploi formés n’entre pas dans la vie active. Ce qui n’est pas acceptable alors que toutes les entreprises cherchent des salariés, tous secteurs d’activité confondus. »