Couverture du journal du 20/05/2022 Consulter le journal

Desevedavy met ses 80 ans en musique et soigne sa marque employeur

Avec un peu d’avance sur sa date anniversaire, la maison Desevedavy s’est offerte un beau cadeau pour ses 80 ans. L’entreprise, qui a réalisé 4,5 M€ de chiffre d’affaires en 2021, annonce en effet « un exercice record, tant en chiffre d’affaires qu’en rentabilité », s’enthousiasme son dirigeant.

Desevedavy

© Desevedavy

Petit-fils du fondateur de l’enseigne Desevedavy, spécialiste du piano longtemps implantée dans le centre de Nantes mais désormais installée à Orvault, Vincent Morin-Desevedavy compte bien entendu célébrer les 80 printemps de la maison en musique. Avec un événement dont la date (en juin) et le contenu sont pour l’heure tenus secrets, mais qui aura pour mission de « susciter l’émotion ». Pour lancer cette année festive, l’enseigne vient d’adresser à ses clients, mais aussi ses fournisseurs, partenaires et prescripteurs, un livre retraçant son histoire. Outil de communication externe édité à 5 000 exemplaires, cet ouvrage est aussi destiné aux 12 collaborateurs, « afin qu’ils se réapproprient notre histoire. En dix ans, l’entreprise a tellement changé, que ce lien, qui donne sens à notre action, s’est un peu perdu », estime le dirigeant.

Fort de la transformation réussie de l’entreprise, Vincent Morin-Desevedavy souhaite aujourd’hui tirer les marrons du feu en se concentrant sur les enjeux internes. « On a rénové notre bateau pendant la tempête. Maintenant que la mer est calme et que le vent nous pousse gentiment dans le dos, on va un peu en profiter. Mon équipe a besoin de ça ». Élaboration d’une salle de pause, versement pour la première fois d’une prime d’intéressement « quasiment équivalente à un 13e mois », hausses de salaires, primes, mais aussi adhésion à un comité d’entreprise externalisé, le dirigeant veut non seulement récompenser ses salariés, mais aussi attirer de nouveaux talents. « On cherche deux accordeurs de piano seniors et c’est très difficile à trouver », souligne Vincent Morin-Desevedavy. Le dirigeant a d’ailleurs mis en place depuis le 1er janvier un réseau d’une douzaine de techniciens agréés « unique en France, avec des accordeurs indépendants, sur le quart nord-ouest de la France ». Un partenariat qu’il présente comme triplement gagnant. L’enseigne, qui vend de plus en plus loin géographiquement, peut ainsi déléguer l’entretien des pianos à des accordeurs locaux, plus réactifs et moins chers pour les clients, ces professionnels étant par ailleurs apporteurs d’affaires. « On y croit beaucoup car c’est du bon sens : on reste un métier de proximité », conclut Vincent Morin-Desevedavy.