Couverture du journal du 25/09/2020 Consulter le journal

Consommation – Moral à la hausse

Selon l’Insee, la consommation des ménages est en bonne voie et les Français retrouvent le moral.

@Pixabay

Les ménages français reprennent confiance…

Le signal est favorable à l’activité : les Français ont meilleur moral. L’indicateur qui mesure le niveau de confiance des ménages progresse de trois points : il passe de 96 à 99 points, s’approchant étroitement de sa moyenne longue période (100). Selon l’enquête mensuelle de conjoncture de l’Insee réalisée auprès des foyers en mai 2019 et publiée en fin de mois, les Français estiment que leur situation financière personnelle s’améliore. Les perspectives d’évolution gagnent ainsi trois points par rapport à avril 2019, tandis que l’évaluation de leur situation passée s’améliore de deux points. En conséquence, davantage de ménages se disent aussi prêts à effectuer des achats importants (automobiles, gros électro-ménager… ). Cet état d’esprit positif concerne également la capacité d’épargne, actuelle comme future. Le nombre des ménages percevant une opportunité à épargner demeure toutefois identique à celui du mois précédent et en retard de cinq points par rapport à sa moyenne longue période.

Par rapport au contexte économique, le nombre de Français qui estiment que le niveau de vie dans le pays s’est amélioré ou va s’améliorer durant les douze mois à venir progresse de trois points, mais ces résultats demeurent toutefois inférieurs à leur moyenne de longue durée. La lourde crainte d’une hausse du chômage ressentie au cours des mois de mars et d’avril semble pour sa part se dissiper, avec un indicateur en baisse de dix points en mai.  Enfin, et sur le registre des prix, le nombre de ménages qui tablent sur une hausse de l’inflation au cours de l’année prochaine a baissé légèrement. 

Signe précurseur de ce regain de confiance, après deux mois consécutifs de repli, dans un contexte de crise des Gilets jaunes, les dépenses de consommation des ménages en biens ont rebondi de 0,8% en volume, au cours du mois d’avril, a annoncé l’Insee. Cette inversion positive de tendance s’explique principalement par une hausse de la consommation d’énergie (+4 %) et une reprise de la consommation alimentaire (+0,8 %), après trois mois consécutifs de baisse. Ce rebond de la consommation intervient malgré un léger recul pour les biens fabriqués, « pour la première fois cette année », en particulier les achats de textile habillement (-1,5%).

… mais restent prudents

Cette évolution favorable permet d’espérer un soutien à l’activité, mais les ménages font preuve d’un certain attentisme. Le surcroît de pouvoir d’achat, de l’ordre de 2,1 %, en moyenne, cette année, selon la Banque de France, soit « la plus forte croissance depuis 2007 », devrait doper la consommation des Français et donc tirer la croissance. Mais, pour l‘heure, les Français semblent plus enclins à reconstituer leurs capacités financières… pour acheter plus tard. Les gains de pouvoir d’achat, en lien avec les mesures annoncées par le gouvernement en réponse aux Gilets jaunes, dont les primes exceptionnelles défiscalisées versées par les entreprises, ont pour les deux tiers alimenté l’épargne.

Croissance révisée en baisse

Dans ses récentes estimations, l’institution monétaire table sur une croissance du PIB pour ce second trimestre de 0,3 %, un taux identique à celui trois premiers mois de 2019. Pour l’ensemble de l’année, elle vient d’abaisser d’un point sa prévision, soit 1,3 %, en raison du ralentissement de l’économie mondiale, mais en partie compensé par une hausse de la demande intérieure. Le gouvernement espère de son côté 1,4 % de croissance du PIB.  

Houda El Haydia et B.L