Couverture du journal du 22/10/2021 Consulter le journal

Cicadelle chausse 1 000 enfants de chanvre

Cicadelle, l'association vendéenne de découverte de la nature, lance une campagne de financement participative pour offrir des bottes en chanvre aux enfants de ses clubs. Une démarche citoyenne et collaborative entreprise par son président Christian Maudet.

Bottes cicadelle

L'association Cidadelle veut équiper tous les enfants de ses clubs de botte en chanvre ©Cicadelle

Equiper 1 000 enfants de bottes à la rentrée 2021, tel est l’objectif que s’est fixé Cicadelle. L’association de découverte de la nature pour les 6/11 ans a fait appel à la plateforme participative Vendée Up pour récolter auprès des particuliers ou des entreprises 10 000€ avant la mi septembre pour lancer la fabrication. À ce jour, 3 000€ ont été récoltés. « C’est peu », se désole Christian Maudet, son président. Pourtant, la démarche est vertueuse. Les bottes sont fabriquées en plastique recyclable et chanvre (20%) selon une recette mise au point par Umo à Beaupréau (Maine-et-Loire), dernier fabricant français de chaussures en plastique dont les fameuses Méduses. Les granulés de plastique recyclable sont fournis par la société MCPP à Tiffauges et le chanvre par la Cavac à la Roche-sur-Yon. Et ces bottes 100% made in France sont signée par le designer André Ravachol, fondateur de la marque Plasticana, qui milite pour la réunion des patrimoines technologiques de la plasturgie et de l’agriculture chanvrière.

Du sens et un signe de ralliement pour Cicadelle

« Ça a fait sens pour moi quand j’ai découvert ces bottes dorées dans le show-room d’Umo, résume Christian Maudet. Pouvoir offrir aux enfants de nos clubs nature des bottes qui sont fabriquées en France dans une logique de proximité et avec des matériaux recyclables et pour partie biosourcés était inespéré quand j’ai commencé mes recherches. »

Tout est parti d’un constat de l’équipe des dix salariés de Cicadelle. Les enfants arrivaient sans bottes aux activités proposées par l’association vendéenne alors que c’est une protection élémentaire pour les sorties en pleine nature. Plutôt que de demander aux parents un effort financier supplémentaire, Cicadelle opte pour la gratuité. Restait à trouver LES bottes. « Nous voulions avoir un signe de ralliement et de reconnaissance, comme le maillot pour un club de foot », indique Christian Maudet. Les bottes dorées Plasticana ont fait l’unanimité.

Bottes Cicadelle

Les bottes en chanvre portent le logo de l’association et de Vendée eau, financeur l’an dernier de la première série ©Cicadelle

Cicadelle éduque les enfants à la nature à l’école aussi

Ingénieur chez Thales, le président de l’association prend le dossier en charge. Il a l’habitude de résoudre les problèmes d’interface entre des métiers, des cultures et des domaines variés. Basé à Cholet, il travaille pour le groupe en France et à l’international comme expert pour améliorer les méthodes de conception des cartes électroniques. Parent bénévole de l’association, il l’a rejointe en 2017 comme président aux côtés de son fondateur Henri Gauvrit. « J’ai été bluffé par l’importance qu’il accordait à la nature dans l’éducation des enfants et qu’il ait réussi à en faire une entreprise associative. Et cet engagement faisait écho à mon enfance où je passais mon temps libre avec mon grand-père à la pêche ou à la cueillette des champignons », révèle le président, originaire du bocage vendéen. Cicadelle associe activités pédagogiques les mercredis et samedis et enseignement dans les écoles la semaine pour lisser l’activité des salariés et équilibrer son budget.

Basée à Aizenay, Cicadelle a initié plus de 25 000 enfants à la biodiversité depuis sa création en 1992, provenant principalement de Vendée, mais aussi du sud Loire-Atlantique, du sud Maine-et-Loire et de l’ouest Deux-Sèvres. Avant la crise sanitaire, les différentes sections du club pouvaient accueillir jusqu’à 2 000 enfants par an. « C’est la plus grande organisation de ce type en France », affirme le président. Pour la rentrée 2021, Cicadelle a prévu d’ouvrir une cinquantaine de sections d’une vingtaine d’enfants pour couvrir les 132 communes autour d’Aizenay. Soit 1 000 enfants à botter.

500 enfants équipés l’an dernier avec Vendée eau

cicadelle aizenay

500 enfants ont déjà été équipés de bottes en chanvre l’an dernier ©Cicadelle

Après avoir équipé environ 500 enfants l’an dernier sur ces propres deniers et avec la participation de Vendée eau (60%), l’idée est donc de faire appel aux citoyens et aux entreprises pour financer cet équipement. En contrepartie, les donateurs recevront une paire de bottes à leur pointure. Et pour élargir ses possibilités de collecte, Cicadelle est allée plus loin. « Nous avons rencontré deux chercheuses du CNRS qui expérimentent une démarche pour endiguer la chute de la biodiversité en faisant appel à l’ensemble de la population d’une commune et tous les partenaires locaux (municipalités, associations, agriculteurs, apiculteurs, entreprises…) pour qu’ils se mobilisent afin de redonner de la vie en campagne et de réintroduire de la nature en ville.  Cicadelle s’est inscrite dans ce dispositif baptisé « Mon village espace de biodiversité » en définissant avec l’association vendéenne Ruptur un plan d’action dans les écoles mais aussi dans les entreprises. Nous proposons notamment aux entreprises d’offrir une paire de bottes en chanvre à leurs collaborateurs », indique le président.
MCPP l’a fait. Cicadelle espère d’autres mobilisations.