Couverture du journal du 04/12/2020 Consulter le journal

Centre-ville – Un accord volontariste sur l’ouverture dominicale

Les commerces à prédominance alimentaire de plus de 400 m2 de la métropole nantaise ne pourront se prévaloir de l’accord sur l’ouverture des trois dimanches de décembre 2020 qui vient d’être signé le 5 juin dernier.

De g. à dr. : Patrick CHEPPE, président MEDEF 44, Jean-Luc CADIOT, président de la CPME 44, Pascal PRIOU, secrétaire départemental UNSA 44, Franck TRUONG, secrétaire départemental CFDT 44. @Infojud

Les 6, 13 et 20 décembre, tous les commerces des centres-villes et centres-bourgs de la métropole pourront ouvrir de 12 h à 19 h. Contrairement à ce qui était pratiqué précédemment, cet accord territorial porte sur seulement une année contre trois années auparavant. Bien au-delà de l’accord sur l’ouverture des commerces le dimanche, c’est la tonalité des échanges et la qualité des négociations entre les organisations patronales (CPME, U2P, Medef) et les organisations syndicales de salariés (CFDT, UNSA, CFE-CGC, CFTC, associations de commerçants, Plein Centre et Unacod) qui est à souligner.

« Les grandes surfaces sont régies par des textes qui échappent à notre accord et elles faisaient ce qu’elles voulaient. Nous avons préféré ajuster notre accord. Il est volontariste mais il exclut les grandes surfaces qui vont, à notre grand dam, continuer à faire ce qu’elles veulent. Nous aurions bien souhaité qu’elles respectent l’accord passé. Nous avons fait un constat pacifique qui a donné lieu à de nombreuses heures de discussions Ce qui est remarquable, c’est que malgré ces difficultés nous nous sommes entendus sur un processus car nous croyons fermement que cet accord est positif pour les salariés. Nous l’avons enrichi de dispositions qui visent à améliorer la situation des salariés concernés. Derrière, il y a l’emploi et la vie économique qui nous intéressent aussi », reconnaît Pascal Priou, secrétaire départemental de l’UNSA 44*. 

Des avancées pour les salariés concernés

Cet accord vient remplacer l’accord triennal qui courrait jusqu’à 2020.
« Cela n’a pas été quelque chose de simple quand nous avons constaté l’ouverture de certaines grandes surfaces tous les dimanches matins. On aurait pu baisser les bras. Les partenaires sociaux qui sont autour de la table avaient envie de se retrousser les manches et montrer que le dialogue social territorial pouvait produire des résultats. Ce nouvel accord permet de ne pas généraliser le travail le dimanche. Il faut aussi souligner le fait de proposer aux salariés la prise en charge des frais de garde d’enfant le dimanche ou la prise en charge des frais de déplacement des salariés qui accepteraient de faire du covoiturage. Cela va dans le bon sens », admet Franck Truong secrétaire départemental de la CFDT.

« Quand Jean-Marc Ayrault était président de la métropole, nous n’avions jamais eu un dimanche d’ouvert. Nous avons commencé ce dialogue coconstructif entre organisations patronales et salariés il y a cinq ans. C’est le cinquième protocole que nous avons signé. Les différentes discussions ont mené vers des accords et quand il y a besoin de se revoir et rediscuter c’est toujours très positif. Nous avons anticipé car nous devons déposer les accords de dates avant le 31 décembre 2019 pour 2020. C’est la coconstruction entre les organisations patronales et syndicales de salariés qui permet d’avoir un tel résultat », se félicite Jean-Luc Cadiot, président de la CPME, vice-président de la CCI. Ce que confirme le président du Medef 44, Patrick Cheppe : « Je suis très content que l’on ait réussi à construire ensemble ce nouvel accord. On a appris à se connaître, à mieux s’écouter et à bien comprendre que l’on pouvait faire quelque chose ensemble. L’ancien accord était défensif. Ce nouvel accord est offensif, pour trouver des solutions, des choses nouvelles pour être attractifs pour que le centre-ville soit compétitif. La grande distribution, internet, feront leur vie… Mais nous, notre sujet est le centre-ville, c’est là-dessus qu’il faut se concentrer. Cet accord apporte des choses aux salariés, des éléments pour le commerce du centre-ville ».

Victor GALICE

UNSA 44* : Union Nationale des Syndicats Autonomes de Loire Atlantique