Couverture du journal du 16/02/2024 Le magazine de la semaine

Cadres : haut niveau de recrutement pour 2023

L’Apec (Association pour l’emploi des cadres) a dévoilé les résultats de son étude[1] portant sur le bilan de l’année 2022 et les prévisions en matière d’emploi des cadres. Déjà élevé l’an passé, le niveau des recrutements devrait se maintenir dans cette tendance en 2023.

Michèle Sallembien Apec

Michèle Sallembien, déléguée régionale de l’Apec Pays de la Loire. © IJ

Après un rebond en 2021 suite à la crise Covid, l’emploi cadre atteint un niveau record. Au national, le nombre de recrutements annuels a ainsi progressé de 15 % entre 2021 et 2022. En Pays de la Loire, la hausse est un peu moins marquée (+13 %) mais elle atteint aussi son plus haut pic (13 390 recrutements). Avec 61 % des offres publiées sur le site Apec.fr, « la Loire-Atlantique est le moteur de l’emploi cadre en Pays de la Loire, encore plus fortement que d’habitude », souligne Michèle Sallembien, déléguée régionale de l’association. Le Maine-et-Loire arrive ensuite (16 %), suivi de la Vendée (10 %), de la Sarthe (8 %) et la Mayenne (5 %). Une dynamique portée principalement par les métiers de l’informatique (développement, gestion de projets, infrastructures et systèmes). À noter aussi : la comptabilité se hisse désormais parmi les familles de métiers les plus représentées dans le top 5 des offres d’emploi publiées sur Apec.fr.

Mécaniquement, le nombre de cadres en poste en Pays de la Loire augmente lui aussi, progressant de 2,7 % entre fin 2021 et fin 2022, pour atteindre près de 200 000, ce qui représente 5 % des cadres en poste en France.

Prévisions 2023 : stables à haut niveau

« Nos prévisions sont soumises à des incertitudes de différentes natures, ce qui fait que nous restons prudents : inflation, tensions géopolitiques, instabilités bancaires, conflits sociaux… Les prévisions 2023 restent dans un paysage d’incertitude », prévient Michèle Sallembien. Dans ce contexte, l’Apec s’attend cette année à une stabilité du nombre de recrutements de cadres, à haut niveau. Ainsi, au national, après 308 300 recrutements en 2022, 308 800 sont prévus en 2023. La situation en Pays de la Loire, région parmi les plus dynamiques, reflète cette tendance avec une quasi-stabilité attendue : +1 %, pour atteindre 13 520 embauches.

« Il n’y a pas que les grandes entreprises et les ETI qui recrutent des cadres », note Michèle Sallembien. 54 % des recrutements en Pays de la Loire devraient ainsi avoir lieu dans les PME, contre 46 % dans les ETI et grandes entreprises. Du côté des secteurs ligériens les plus recruteurs de cadres, les services devraient en concentrer 64 % en 2023. C’est moins qu’au national (72 %), « car dans la région, le poids de l’industrie est extrêmement important : 22 % contre 13 % au national. » Le commerce concentrerait en 2023 au niveau régional 9 % des embauches et la construction 5 %, « clairement un retournement de tendance lié à la fois à la chute des mises en chantier mais aussi à moins d’investissements des ménages dans l’immobilier », analyse Michèle Sallembien.

Les fonctions porteuses en 2023

En ce qui concerne les fonctions qui devraient continuer à recruter des cadres en Pays de la Loire, l’informatique reste en pole position (26 %). « Pour se transformer, les entreprises renforcent leurs équipes informatiques, et cela touche aussi bien le commerce que l’industrie ou les services à forte valeur ajoutée », résume Michèle Sallembien. Les métiers en études-R&D pourraient représenter 15 % des recrutements, juste devant le commercial-marketing (14 %) et la production industrielle (10 %). Et alors que le marché des candidats est tendu, « on recrute à tous les niveaux d’expérience et tous les âges, ce qui bénéficie notamment aux seniors », observe Michèle Sallembien.

Si le rapport de force s’est rééquilibré en faveur des candidats, la problématique bascule du même coup du côté des entreprises. « Les entreprises sont obligées d’optimiser voire de transformer leur façon de recruter », explique la déléguée régionale de l’Apec. Elle observe ainsi que certaines entreprises recrutent sans CV, à travers par exemple des sessions de mise en relation organisées par l’Apec, ou raccourcissent leurs process de recrutement. « Les entretiens ne se font plus de la même façon : ils deviennent de plus en plus un échange entre le candidat et le recruteur, qui n’est plus en position de force et qui n’impose plus son process. »

« Le maintien des seniors en poste est au cœur des stratégies RH »

Autre défi identifié par l’Apec : changer le regard et les pratiques sur les seniors. « Aujourd’hui, leur maintien en poste est au cœur des stratégies RH. Les demandeurs d’emploi seniors constituent un vrai vivier de compétences disponibles, ce qui peut permettre de pallier les difficultés de recrutement », note Michèle Sallembien. La déléguée régionale de L’Apec invite par ailleurs les entreprises à adapter leur politique de rémunération au contexte d’inflation. « L’inquiétude des cadres pour leur pouvoir d’achat reste élevée et ils ont de fortes attentes en matière d’augmentation », note Michèle Sallembien. Autre piste évoquée pour retenir ses collaborateurs : reconstruire une dynamique collective de travail. « Il faut vraiment réfléchir sur les modes de travail, les façons de collaborer, avec la nécessité de faire évoluer le management. » Dernier enjeu identifié par l’Apec : répondre à des aspirations nouvelles, comme celui de l’équilibre vie pro-vie perso, « un vrai changement depuis la crise Covid ».

 

[1] Enquête réalisée par téléphone entre novembre 2022 et janvier 2023 auprès de 492 établissements du secteur privé en région Pays de la Loire.

Annonces légales

Vos annonces légales au meilleur prix dans toute la France.

Je publie mon annonce légale