Couverture du journal du 30/07/2021 Consulter le journal

Pays de la Loire : Un bilan économique régional en clair-obscur

À la présentation du bilan économique 2020 des Pays de la Loire, coordonné par l’Insee régional et présenté à la presse dans ses locaux le jeudi 8 juillet dernier, les intervenants ont fait état d’une situation contrastée, qui confirme cependant une certaine capacité de résistance dans la crise.

A la Une ©istock

© IStock

2020, l’année de tous les dangers… La communication des indicateurs économiques stabilisés par l’Insee en cette période estivale prend une coloration particulière après cette annus horribilis. Cependant, même si bien entendu la région n’a pas évité les effets néfastes de la crise sanitaire, elle s’en serait plutôt mieux sortie que d’autres, entend-on de toute part. C’est confirmé par Nathalie
Cloarec, directrice adjointe de l’Insee Pays de la Loire, à l’occasion du point du conjoncture organisé le 8 juillet. «La crise a mis en évidence des fragilités, mais aussi des opportunités de croissance et de développement, ainsi qu’une bonne capacité d’adaptation.» Les participants à ce bilan ne disent globalement pas autre chose : «si l’économie ligérienne est impactée au même titre que la France, les atouts dont elle dispose lui permettent de faire face à la crise et de tirer son épingle du jeu», commente Yohann Rivillon, du service Esane (statistiques annuelles d’entreprises) de l’Insee. Notamment sur le front de l’emploi ?

Sur le podium

Si elle a perdu sa première ou deuxième place au palmarès du taux de chômage le plus bas de France, la région reste cependant sur le podium en se situant au troisième rang, derrière la Bretagne et la Bourgogne-Franche-Comté avec un taux de 6,7%, soit 1,3 point de moins que le taux de chômage national (8%).

Un sujet de relatif contentement, modéré cependant par les statistiques de la Dreets (Direction régionale de l’économie, de l’emploi, du travail et des solidarités). «Après une baisse en 2019 (-0,3 points) le taux de chômage dans les Pays de la Loire recule de nouveau en 2020, explique Éric Craipeau, chargé d’études à la Dreets. Cette baisse est cependant à relativiser, compte tenu des mesures de restriction liées à la crise sanitaire. Elle résulte en effet d’un fort recul du nombre de personnes sans emploi se déclarant disponibles et en recherche active d’emploi pendant les périodes de confinement.» Le premier trimestre 2021, s’il marque une progression de l’emploi salarié (+0,4% en Loire-Atlantique) porté par le tertiaire marchand, y compris l’intérim, montre ainsi une légère hausse du taux de chômage régional, de 0,2 points. La plus forte croissance de l’emploi concerne le secteur des activités immobilières (+2,7%), suivi de celui des activités scientifiques et techniques (+1,9%). Tandis qu’en France, la hausse de l’emploi des intérimaires est moindre (+0,3%), elle est tangible particulièrement en Vendée (+3,4%) et en Loire Atlantique (+3,3%).

 

Stabilité des créations d’entreprises

Au plus fort de la crise sanitaire, le nombre de créations d’entreprises, porté essentiellement par les microentreprises (+22 % au cours des deux derniers trimestres) avait explosé, notamment dans le domaine de la livraison à domicile ou du bâtiment. Rien d’étonnant donc à ce que l’on assiste à une stagnation au premier trimestre 2021, avec -0,4% de créations. Un chiffre qui traduit un retour à une situation plus stable : les immatriculations de microentreprises marquent le pas (-3,1%) tandis que les créations d’entreprises individuelles et de sociétés augmentent de 4,5%. Les défaillances d’entreprises, elles, sont toujours en recul de 8% environ, au même rythme que celles observées au niveau national (-10,2%).

Forte détérioration du solde commercial en 2020

Les échanges commerciaux avec l’étranger ont fortement diminué en 2020. Hors matériel militaire, ils se sont élevés à 39,8 Md€, soit -19,7% par rapport à 2019. La chute des exportations explique en grande partie cette baisse. Elles se sont établies à 16,7 Md€ contre 21,9 Md€ l’année précédente, tandis que les importations subissaient une baisse moins forte (23 Md€ en 2020 contre 27,7 Md€ en 2019). « Le poids de la Loire-Atlantique diminue dans les échanges commerciaux, souligne Philippe Saurigny, du bureau de la douane Pays de la Loire, en représentant la moitié des importations de la région et 41 % des exportations contre près de 48% des exportations et 53% des importations en 2019. »

Hôtellerie et tourisme : une baisse moins forte qu’en france

Après une chute de 40% des nuitées hôtelières en 2020, malgré le léger regain de fréquentation observé lors de la période estivale, le secteur souffre encore de la crise sanitaire et de la forte baisse de fréquentation d’une clientèle étrangère, non compensée par les touristes français. Les campings et en général les activités de plein-air ont été moins impactés par la crise, avec une baisse de chiffre d’affaires de 17% par rapport à 2019 (contre -39% pour l’hôtellerie et -30% pour les restaurants). Les premières données portant sur le premier trimestre 2021 montrent cependant que, si la fréquentation des hôtels peine à redémarrer, la baisse demeure moins marquée qu’au niveau national. 75% des hôtels ligériens sont en effet ouverts contre 60% en France.