Couverture du journal du 26/11/2021 Consulter le journal

Cocktail Earth élabore le premier gin made in Vendée

La jeune distillerie fondée en décembre 2020 par deux entrepreneurs vendéens prépare pour Noël la deuxième recette de son gin made in Vendée. Et Cocktail earth finalise un whisky 100% vendéen en collaboration avec la brasserie sablaise Opé.

Cocktail Earth

Quentin Bricard et Benjamin Cousseau devant leur alambic flambant neuf ©Cocktail earth

Des retrouvailles professionnelles de deux amis d’enfance sablais est née Cocktail Earth en décembre 2020. La jeune distillerie élabore des spiritueux bio, écoresponsables et en circuit court à base de céréales locales. À commencer par un gin artisanal, le premier fabriqué en Vendée, baptisé Bulkeley, clin d’œil historique à une vendéenne d’origine irlandaise qui s’est illustrée lors des guerres de Vendée, période où le gin, auparavant médicament, est devenu une boisson prisée des européens. Typé seigle et gingembre, leur premier gin, prêt juste à temps pour décembre 2020, a déjà séduit les premiers clients de la distillerie : cavistes, bars et restaurants haut de gamme. Ils en ont écoulé 4 000 bouteilles et sont désormais référencés dans une centaine de points de vente, de la Baule à Bordeaux. La recette a été élaborée par Quentin Bricard, 29 ans, spécialiste de la permaculture et du maraîchage bio et de la création d’alcools à base de produits 100% naturels. La commercialisation est assurée par son compère Benjamin Cousseau, 29 ans également, meilleur barman de France en 2017 et conseiller marketing de grandes marques de spiritueux et de boissons associées.

Gin Bulkeley

Le gin Bulkeley, premier de la gamme Cocktail earth ©Cocktail earth

Cocktail earth a investi dans un alambic sur-mesure

Les deux entrepreneurs ont investi 150 000€ dans la création de la distillerie pour proposer des spiritueux haut de gamme, au goût du jour et aux saveurs inédites. Ils ont mis 60 000€ en fonds propres dans le projet, accompagnés par les banques, Réseau entreprendre Vendée et la communauté de commune des Achards où ils ont posé leur jeune entreprise. Après des retards liés au Covid, ils viennent de prendre livraison de leur alambic sur-mesure fabriqué par la société allemande Müller et de recevoir l’agrément de douanes et de la préfecture pour produire leurs alcools en Vendée. « Nous sommes les premiers à produire intégralement un gin sur le département », argue Benjamin Cousseau en commercial avisé. Pour être reconnus sur les comptoirs, ils ont adopté une bouteille droite de 50 cl ou de 70 cl surmontée d’un bouchon en granit réutilisable pour refermer une carafe ou un flacon d’alcool. Un QR code sur l’étiquette permet de connaître dans les moindres détails les ingrédients du flacon et des idées de cocktail pour le servir. Tout est naturel dans leur recette. Seigle en provenance d’un agriculteur de Chemillé, et dix épices, dont le gingembre qui se révèle avec de la quinine pétillante.

Un deuxième gin et un whisky pour étoffer la gamme de Cocktail Earth

Forts de ce premier succès, les deux entrepreneurs ont concocté une deuxième recette qui attend le bon équilibre en alcool dans son fût inox avant l’embouteillage. Et Quentin Bricard achève de mettre au point un whisky 100% vendéen avec la brasserie sablaise Opé qui lui fournira le moût nécessaire à la distillation. La recette est gardée secrète jusqu’à sa commercialisation prévue dans trois ans, le minimum légal pour porter l’appellation whisky. En attendant, les jeunes dirigeants espèrent pouvoir dérouler leur business plan comme prévu. Ils envisagent de réaliser un premier chiffre d’affaires complet à 140 000€ à juin 2022, puis le double l’année suivante. Et aimeraient étoffer rapidement leur équipe. À Paris, pour l’aspect marketing et commercial et en Vendée pour la partie production.