Couverture du journal du 12/08/2022 Consulter le journal

Nord: plus de 20.000 signatures pour l’interdiction des combats de coqs

Une pétition en ligne pour "l'interdiction des combats de coqs dans le Nord, le Pas-de-Calais et dans les DOM-TOM" - derniers départements où cette activité soit autorisée - et la fermeture des bâtiments où sont organisés ces combats, les gallodromes...

Un combat de coqs en janvier 2013 dans le nord de la France (Tous droits réservés. © (2022) Agence France-Presse - PHILIPPE HUGUEN)

Une pétition en ligne pour « l’interdiction des combats de coqs dans le Nord, le Pas-de-Calais et dans les DOM-TOM » – derniers départements où cette activité soit autorisée – et la fermeture des bâtiments où sont organisés ces combats, les gallodromes, a recueilli vendredi plus de 20.000 signatures.

« C’est une pratique cruelle, les animaux sont élevés dans des cages, ils ne voient jamais le jour à part quand ils sont lâchés sur un ring pour combattre, il y a une souffrance terrible pour les animaux », a affirmé à l’AFP Gabrielle Paillot, l’instigatrice de cette pétition.

Lancée jeudi, elle est adressée au président Emmanuel Macron, aux ministres de la Transition écologique Christophe Béchu et de l’Agriculture Marc Fesneau, au député LFI Aymeric Caron et aux préfectures concernées.

La tradition « c’est une chose, mais la cruauté sur les animaux c’en est une autre, nous ne sommes plus au Moyen Âge, ce sont des pratiques barbares qui n’ont plus lieu d’exister à l’heure actuelle », a-t-elle ajouté, réclamant la fin de cette pratique « au nom du bien-être animal ».

Les combats de coqs sont interdits en France, autorisés seulement dans des régions où la tradition est ancrée, (l’ex-région Nord-Pas-de-Calais, la Réunion, les Antilles notamment).

Ces combats « sont organisés dans des conditions encadrées », ils se tiennent « uniquement dans des gallodromes, déjà préexistants (interdiction d’en ouvrir de nouveau – article L521-1 du code pénal) tenus par la même personne, ce qui fait que cette activité est vouée à s’éteindre naturellement », a indiqué la préfecture du Nord à l’AFP, précisant qu’il était interdit d’en organiser ailleurs.

S’agissant d’un rassemblement d’animaux « ils doivent être déclarés à la Direction départementale de la protection des populations (DDPP) qui délivre une autorisation formelle », a-t-elle ajouté, précisant que la DDPP dénombrait une douzaine de gallodromes dans le Nord.

La DDPP vérifie « que la localité où se déroule le combat fait l’objet d’une tradition ininterrompue » et si cela est établi, « alors un arrêté autorisant le rassemblement d’oiseaux peut être pris », a expliqué pour sa part la préfecture du Pas-de-Calais, précisant qu’il ne s’agissait pas d’un arrêté pris au titre des combats de coq mais de la lutte contre la grippe aviaire.

Selon la préfecture, 36 communes sont reconnues comme ayant une tradition ininterrompue dans le Pas-de-Calais.

Militant depuis des années contre cette activité, la Fondation Brigitte Bardot mène « actuellement des travaux avec Aymeric Caron pour le dépôt d’une proposition de loi » qui vise « à faire en sorte que tout acte de cruauté soit condamné au niveau national » à la fois « pour les corridas et les combats de coqs », a affirmé à l’AFP son porte-parole Christophe Marie.

zl/cab/it

Annonces légales

Vos annonces légales au meilleur prix dans toute la France.

Avocats, Notaires, Experts-comptables

Particuliers et Entrepreneurs

Formalités juridiques

Soulagez vos équipes et libérez du temps pour des travaux à forte valeur ajoutée.

Vos formalités juridiques