IMMOBILIER – Les chiffres des notaires

Transactions immobilières : 2017, l’année du boom

Exceptionnel », c’est l’adjectif qui revient régulièrement dans les propos des notaires de Loire-Atlantique et plus globalement des cinq départements du ressort de la Cour d’Appel de Rennes quand ils commentent le bilan de l’année- passée en matière de transactions immobilières.

Les volumes des ventes ont explosé (une moyenne de 20 % contre 12 % au niveau national) dans le département de Loire-Atlantique : + 43 % pour les terrains à bâtir, + 22 % pour les appartements neufs, + 20 % pour les maisons anciennes et + 19 % pour les appartements anciens.

Les prix ne se sont toutefois pas envolés, même si sur un an les appartements anciens ont pris 5 %, les appartements neufs 4,6 %, les maisons anciennes + 3,4 % et les terrains à bâtir + 1,2 %.

Attractivité de la métropole nantaise

« L’ensemble du marché immobilier ligérien profite de l’attractivité de Nantes qui occupe régulièrement les premières places des métropoles où il fait bon vivre. Chaque année le département accueille de nouveaux habitants, essentiellement des jeunes salariés célibataires ou en couple, qui démarrent leur parcours résidentiel dans la métropole. Tous les segments, neuf, ancien, résidences secondaires ou principales profitent de la dynamique », souligne Me Catherine Guihard, présidente de la Chambre des Notaires de Loire-Atlantique, qui explique cette tendance par les conditions de crédit qui ont contribué à soutenir la demande, en particulier le prêt à taux zéro (PTZ) pour les primo-accédants. « Mais malgré cette forte attractivité le marché reste sain, il n’est pas spéculatif, il n’y a pas de bulle », note Me Grégoire Mitry, notaire à Nantes, en charge de la communication.

Mais il convient de rester attentif, le marché à tendance à se tendre. « Les notaires constatent dans de nombreuses communes ou quartiers un déficit d’offres qui contribue à faire grimper les prix. Mais pour l’instant les taux bas compensent cette hausse. En revanche, on peut s’attendre à une diminution du nombre de ventes dans les mois à venir faute de biens », estime Me Catherine Guihard. Certains quartiers nantais ont enregistré une hausse des prix avoisinant les 10 %…

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous et téléchargez le journal au format pdf.