A LA UNE – Énergie

Cordemais, la Centrale thermique mise sur la biomasse

A l’heure de la transition énergétique, la centrale thermique de Cordemais veut croire en l’avenir et cherche des solutions. La co-combustion biomasse en est une, encore en test.

Centrale de Cordemais

2 des 5 unités du site fonctionnent. Elles produisent 1 200 mégawatts et alimentent le réseau en cas de périodes tendues, notamment vers la Bretagne.

La Centrale thermique de Cordemais posée sur une ancienne île d’un bras de Loire ne peut se cacher avec ses hautes cheminées rouges et blanches. A une petite demi-heure de Nantes, le site d’EDF continue de produire de l’électricité malgré la fermeture d’une de ses unités fioul en mai dernier.
Celle que certains agents nomment « le pompier de l’électricité » fonctionne depuis 1970. A l’époque, cinq tranches ou unités autonomes fournissent de l’énergie à la Bretagne et viennent compléter le réseau d’électricité français. Trois carburent au fioul et deux au charbon. En 1996, une première unité fioul est arrêtée. Une seconde a été stoppée en mai 2017. La troisième doit l’être en 2018.
Aujourd’hui, les tranches 4 et 5 turbinent au charbon. Au fil des années, les installations ont été réaménagées pour diminuer l’impact de la combustion sur l’environnement. Des process de désulfuration et de dénitrification ont été installés en plus des dépoussiéreurs mis en place dès la construction des tranches charbon. En 2015 et 2016, elles ont également subi un véritable lifting afin de prolonger leur durée de vie. Chacune de ces unités produit 600 mégawatts. « On tourne davantage pour l’appoint, en situation tendue, pour l’hiver, afin de maintenir le réseau en Bretagne notamment, explique Didier Ricordel, agent EDF. Mais en produisant moins d’énergie de secours, on risque d’aller vers des coupures de courant plus fréquentes en périodes tendues. Le délestage n’est pas bon pour la sécurité, et en créant de la pénurie, on risque de faire monter les prix de l’électricité »…

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous et téléchargez le journal au format pdf